C’est sur les bancs de l’Assemblée Nationale qu’il s’est fait connaitre. Patrick Devedjian (Les Républicains), le président des Hauts-de-Seine et de Paris La Défense emporté le weekend dernier à l’âge de 75 ans par le Coronavirus (Covid-19) a été salué d’un hommage de l’Assemblée Nationale ce mardi à 15 heures. Ancien député RPR, puis UMP et enfin Les Républicains d’avril 1986 à juin 2017, Patrick Devedjian a fait une bonne partie de sa carrière politique sur les bancs de l’assemblée.

Mais c’est aussi avec la casquette de ministre que Patrick Devedjian a fréquenté les rangs de l’Assemblée. De mai 2002 à mars 2004 il fût Ministre délégué aux Libertés locales pour Jacques Chirac, puis Ministre délégué à l’Industrie entre mars 2004 et mai 2005. C’est également en tant que Ministre chargé de la Mise en œuvre du plan de relance sous Sarkozy de décembre 2008 à novembre 2010 que Patrick Devedjian s’assit sur les bancs de l’hémicycle.

« Un orateur tout feu tout flamme »

Dans un hémicycle presque vide, peuplé uniquement des représentants des différents groupes de députés -mesures sanitaires obligent-, l’Assemblée a rendu hommage à Patrick Devedjian mais aussi au député LREM Jean-François Cesarini, mort lui d’un cancer et plus généralement à tous les français mort de ce virus.

« La pandémie a également endeuillé notre République en enlevant la vie à notre ancien collègue Patrick Devedjian qui pendant plus de trente ans, soit en tant que député soit en tant que ministre siégea dans cet hémicycle », s’est exprimé Richard Ferrand, président de l’Assemblée Nationale. « Je n’ai pas besoin de rappeler quel orateur il fût, tout feu tout flamme, inspirant le respect de ses adversaires eux-mêmes par l’étendue de sa culture, son indépendance d’esprit et son brio », a poursuivi Richard Ferrand. « A sa famille, ses amis et ses collaborateurs j’adresse les condoléances émues de la représentation nationale », a-t-il conclu avant de rendre également hommage à Jean-François Cesarini.

Une minute de silence en la mémoire de ces deux hommes politiques et de toutes les victimes du Covid-19 en France qui a été parfaitement respectée par les quelques députés présents et par Édouard Philippe, Premier ministre.