Si La Défense a bien un talon d’Achille, c’est son système routier… Qui ne s’est jamais arraché les cheveux en cherchant désespérément à bord de sa voiture une adresse ? Bon le soucis n’est toujours pas réglé dans les nombreuses voies de dessertes intérieures mais il l’est désormais dans le tunnel de l’A14 (Nanterre – La Défense). Car le problème à La Défense ce sont les surcouches de voiries qui empêchent bien souvent le fonctionnement des GPS qui s’y perdent et du coup qui vous perdent.

Les dizaines de milliers de véhicules par jour qui empruntent le tunnel de l’A14 sont confrontés à de nombreux points de choix, avec pour seule information les panneaux de signalisation dans le tunnel. « Cette configuration complexe associée à la densité et à la vitesse de circulation peut être source de comportements accidentogènes, qui peuvent générer de surcroit des encombrements aux heures de pointe en cas d’accident », détaille la Direction des Routes Île-de-France (DIRIF).

Ce souci qui perdure depuis des années est en passe d’être partiellement réglé. Le tunnel de l’A14 qui traverse le quartier d’affaires de La Défense de part en part jusqu’à l’A86, longeant l’axe historique, vient enfin de voir sa géolocalisation améliorée. La DIRIF a annoncé ce lundi avoir équipé le tunnel de Nanterre – La Défense (A14) ainsi que la partie de l’échangeur de l’A86 de 400 bornes permettant d’étendre la géolocalisation à l’ensemble de l’infrastructure routière.

Le système est déjà disponible sur Waze

Installées durant quatre nuits à la fin de l’année 2018 pour une phase de tests, les bornes peuvent dès aujourd’hui être utilisées par les applications de navigation géolocalisées. « Cette innovation représente un investissement de 30 000 euros cofinancé à parts égales entre L’État et la région Île-de-France dans le cadre d’un partenariat pour changer la route par l’innovation et l’expérimentation, signé en 2017 », explique dans un communiqué la DIRIF qui précise que 100 000 véhicules fréquentent quotidiennement ce tunnel long de seize kilomètres et raccordé par seize bretelles.

Ce dispositif repose sur des bornes installées à intervalles réguliers, tous les quarante mètres environ dans le tunnel qui envoient la géolocalisation par Bluetooth. Ces bornes prennent ainsi le relais du signal GPS perdu pour les applications qui s’y connectent. Mais le système n’est pas totalement automatique puisqu’il est nécessaire que l’utilisateur active le signal Bluetooth sur le terminal de l’application de navigation géolocalisée (téléphone ou autre).

La technologie déployée étant open source, le « signal GPS » émis par ces bornes est mis à disposition de toute application de navigation géolocalisée. Les développeurs d’applications peuvent en faire la demande sur le site internet de la DiRIF, précise le service de l’État qui affirme que l’application Waze l’intégre déjà.