Dans quelques mois sa silhouette jaillira de terre. A l’arrière du centre commercial Westfield Les 4 Temps c’est un énorme chantier qui a débuté depuis un peu plus d’un an. Ce chantier c’est celui de la tour Hekla de Jean Nouvel dont la première pierre a été posée en grande pompe en juin dernier. Édifiée dans le secteur de la Rose de Cherbourg la tour Hekla sera à sa livraison en 2022 la nouvelle pierre angulaire de la transformation de l’ancien échangeur routier reconverti en une promenade urbaine.

Mais d’ici là pour bâtir ce building qui avec ses 220 mètres deviendra l’un des plus hauts de France c’est une succession de défis techniques que va devoir franchir Bateg, la filiale de Vinci Construction France, en charge du chantier. Le premier défi relevé aura été de venir enraciner Hekla dans le sol du quartier d’affaires. Le gratte-ciel vient en effet s’implanter sur une petite parcelle triangulaire enclavée entre le boulevard circulaire, la route de la Demi-Lune et l’avenue du Général de Gaulle, mais aussi les voies SNCF en sous-terrain. « C’est un ouvrage assez atypique et dans un site très contraint. Nous sommes bordés de voies de circulation », analyse Pierre Figiel, directeur Contract Manager chez Bateg. Construite à quelques mètres seulement du tunnel du Transilien, les équipes ont dû surveiller en permanence que l’ouvrage SNCF n’était pas impacté par les travaux à l’aide de géomètres.

La tour Hekla sera composée de six niveaux en sous-sol – Defense-92.fr

Un radier coulé en une seule fois en septembre dernier

Lancé en juillet 2018 le chantier a d’abord consisté à réaliser dès le mois d’octobre de la même année les parois moulées de la tour. S’en est alors suivi une étape aussi longue que primordiale, celle du terrassement. Dans un mouchoir de poche les ouvriers ont dû creuser à 25 mètres de profondeur les six niveaux qui constitueront les sous-sols d’Hekla. Une fois cette étape franchie, 131 pieux s’enfonçant à une quinzaine de mètres ont été réalisés dont une centaine pour soutenir le radier qui est amené à supporter le noyau du building. Véritable colonne vertébrale d’une tour, le noyau central abritera les ascenseurs et escaliers. Ce radier de 2,50 mètres d’épaisseur a nécessité quelques 300 tonnes d’armatures. Les 1 700 mètres cubes qui le constituent auront été coulés en une seule fois en septembre dernier. Les poteaux extérieurs de la tour placés le long de la façade viendront eux se reposer sur la paroi moulée qui fait office également de fondation. A cela s’ajoutent quatre méga poteaux dont deux dans la pointe nord du bâtiment.

Cette étape cruciale menée et après le montage des deux grues à flèches relevables la tour peut désormais évoluer avec la construction des six niveaux d’infrastructure. Au début de l’année prochaine Hekla pointera alors le bout de son nez hors du sol. Et là une autre étape étape clé sera à mener avec la réalisation des trois premiers niveaux de superstructure dans lesquels on retrouvera entre autres le grand hall d’accueil et divers futurs services puis les six niveaux de mégastructure atypique où prendra place notamment les différents restaurants. Une étape complexe qui s’étalera alors jusqu’à l’été 2020. « Après nous nous consacrerons aux niveaux courant de plateaux de bureaux », poursuit Pierre Figiel. La cinquantaine d’étages d’Hekla avancera alors au rythme d’un niveau par semaine en moyenne.

La réalisation du gros œuvre prendra fin à l’été 2021 – Defense-92.fr

Une fin du gros œuvre pour l’été 2021

« Le principal challenge à relever sera la logistique. Dès le début 2020 les corps d’état techniques arriveront et la façade dès l’été prochain. Il y aura un énorme défi logistique pour acheminer l’ensemble des matériaux dans les étages en fonction des différents corps d’état », explique Pierre Figiel. Une logistique complexifier par le manque d’espace au sol du fait du terrain exiguë. « Nous ne disposons pas d’espace de stokage. Les seuls espaces que l’on aura seront dans la tour. Nous menons une réflexion avec nos partenaires, les corps d’état pour optimiser toutes ces places et les flux de matériaux », poursuit Pierre Figiel.

Habituellement réalisé grâce à un coffrage auto-grimpant, le noyau d’Hekla sera lui fabriqué en méthode classique à l’aide de banches. Les planchers du gratte-ciel seront eux construit avec la technique du plancher précontraint par post tension. Il faudra ensuite une bonne année aux équipes de Bateg pour faire grimper toute l’infrastructure d’Hekla qui s’habillera progressivement de ses 40 000 mètres carrés de façade de verre et d’acier dorée avec ses 26 kilomètres de brise-soleil en aluminium. C’est à l’été 2021 que doit prendre fin la réalisation du gros œuvre. Restera ensuite la fin des travaux des aménagements intérieurs du bâtiment avant sa livraison au début de l’année 2022.

Jusqu’à 650 ouvriers lors du pic du chantier

Pour mener à bien ces travaux ce ne sont pas moins de 650 ouvriers qui seront présent lors du pic du chantier, encadré par quelques 90 ingénieurs et autres conducteurs de travaux. Tout ce petit monde sera logé dans une immense base vie en partie déjà monté le long du boulevard circulaire. Dès l’année prochaine ce village qui héberge bureaux et salles de réunions pour les encadrants et vestiaires et réfectoires pour les ouvriers sera alors doublé.

Plus anecdotique, lors du repérage du site, fait par des spécialistes dans la conservation d’espèces une plante, l’Orobanche du lierre a été découverte. Conservé et mise sous serre, elle sera replantée au sommet de la tour dans le skygarden.

Avec ses 220 mètres, Hekla sera composée de 48 étages accessibles et offrira à ses futurs utilisateurs 76 000 mètres carrés d’espaces de travails et de services. Le building qui pourra accueillir jusqu’à 5 800 personnes sera agrémenté de 2 518 mètres carrés de terrasse et loggias.

Lauréat à l’issu d’un concours lancé par Paris La Défense en 2012 (alors Epadesa) pour réaménager le secteur de la Rose de Cherbourg, le projet de la tour Hekla a été mené conjointement par AG Real Estate et Hines. « On a porté ce projet de 2012 à 2016, obtenu un permis de construire sans recours puis on a cédé le projet », confie Vincent Virlogeux, directeur de projet à AG Real Estate. Les deux promoteurs ont ensuite vendu en Vefa l’édifice fin 2017 à Amundi qui a pris 80 % des part du building et Primonial pour le reste. La commercialisation d’Hekla qui a déjà débuté a été confié au trio BNP Paribas Real Estate, CBRE et Cushman & Wakefield.

Environ 650 ouvriers travailleront sur le chantier lors du pic – Defense-92.fr