Chantier d’Eole : le tunnel s’ouvre vers Nanterre

Le dernier mur de calcaire a été abattu ce jeudi matin, permettant d’ouvrir le tunnel d’Eole sur vers la future gare de Nanterre.

C'est ici, devant la chaufferie d'Enertherm à la frontière entre Courbevoie et Nanterre qu'émergera le tunnel d'Eole - Defense-92.fr

Après plusieurs coups de pelleteuse, le mur s’en est allé. Ce jeudi matin, une étape symbolique a été franchie par les équipes de Vinci qui sont en charge du chantier d’Eole entre La Défense et Nanterre. Le dernier mur de roches calcaires qui bouchait jusqu’alors l’entrée du tunnel (à la frontière de Courbevoie et Nanterre) qui permettra de relier la gare souterraine de La Défense située sous le Cnit à la gare aérienne de Nanterre-La Folie a été abattu.

La tâche n’a pas été simple pour les ouvriers et ingénieurs du projet puisque que le terrain est traversé d’une part par des gaines de la chaufferie Enertherm, qui alimente en chauffage et climatisation le quartier d’affaires et une partie des Terrasses de Nanterre et d’autre part par un réseau d’Enedis.

Le dernier mur de roches calcaires est tombé sous les coups de la pelleteuse. C’est d’ici que sortiront les RER de la ligne E dès 2022 – LP

La réalisation de cette tranchée couverte de 300 mètres et ouverte de 200 mètres où circuleront les deux voies du RER E a démarré au printemps 2017 et s’achèvera au printemps 2019. Les travaux vont désormais se poursuivent avec la prolongation sur environ 200 mètres de ce morceau de tunnel jusqu’à la gare du Cnit. L’ouvrage qui passera en bi-tube sera alors creusé avec des méthodes classiques dans un terrain exigu où sont présentes de nombreuses infrastructures de La Défense (fondations, gaines de réseau,…).

Mais non loin de là un autre chantier herculéen est en cours. Alors que sous le Cnit on s’active pour bâtir la future gare d’Eole de La Défense, un peu plus en amont, au puits Gambetta à Courbevoie, l’assemblage du tunnelier débuté au cours de l’été se poursuit. Le monstre d’acier qui sera baptisé d’ici la fin de l’année s’élancera au début 2019 à l’assaut du sous-sol parisien pour percer les six kilomètres le séparant de l’actuel terminus de la ligne à Paris Saint-Lazare.

Un ouvrage de 500 mètres en bi-tube, similaire à celui côté Nanterre sera également réalisé entre la gare de La Défense et l’avenue Gambetta d’où partira le tunnelier.