Immeuble Basalte

L'immeuble Basalte

Premier employeur de La Défense, la Société Générale souhaite construire sa nouvelle salle des marchés à moins de 5 minutes de son siège. Mais la place manque et seul un terrain sur la RN 314 est disponible mais il est non constructible. La banque va faire valoir auprès de l’EPAD la nécessité de son départ de La Défense si un emplacement n’est pas trouvé pour sa salle des marchés. La banque menace ainsi de déménager, non pas à Val de Fontenay où elle est déjà implantée, mais à Londres. Ce départ vers la City concernerait non seulement sa salle des marchés mais aussi son siège. Cette éventualité sera l’un des éléments déclencheurs pour l’établissement public de l’action de lancement du Plan de Renouveau en juillet 2006.

Une fois toutes les autorisations accordées par l’EPAD, la Société Générale peut lancer les études pour son projet. La conception de l’immeuble est confiée à l’architecte Jean Mas de l’agence 234. Le projet de l’immeuble de la Salle des Marchés est complexe : le projet doit se loger sur la RN 314 sans que la circulation ne soit coupée. Pour cela l’EPAD va réaliser une couverture de la voie sur une longueur de 180 mètres. Ce chantier se déroulera de la fin décembre 2007 à juillet 2008. Une fois le tunnel achevé, la construction de l’immeuble peut réellement débuter. Le bâtiment sensiblement rectangulaire, est « posé » en arche sur une section de la RN314, qu’il enjambe. Il est important de souligner, à ce sujet que la couverture du passage de la RN 314 (2 faces latérales + 1 face supérieure) par une structure en béton armé totalement indépendante de la structure du bâtiment est réalisée par l’EPAD.

L’édifice a donc structurellement vocation à se représenter comme atypique, à la fois dans ses échelles (longueur générale, hauteur générale, hauteurs inhabituelles des étages) mais aussi dans ses résolutions de détail.

Pour toutes ces raisons, auxquelles s’ajoute la problématique structurelle (dissociation de plusieurs systèmes structurels dans la coupe), l’architecture du projet ne peut pas mimétiser l’esprit général (très lisse et vitré) des édifices existants alentour, issus de périodes peu soucieuses de la démarche « Haute Qualité Environnementale » (H.Q.E) aujourd’hui largement répandue dans les projets.

L’édifice trouve donc son expression propre qui le  singularise très volontairement, lui permettant de mieux réaliser les ambitions de son programme et de son rôle spécifique dans son environnement, avec pour vocation de symboliser fortement la porte Ouest du quartier de La Défense renouvelé et de relier des quartiers aujourd’hui fortement séparés, contribuant ainsi à une plus grande mixité des usages et des pratiques sociales.

A chaque étage courant (sur cinq niveaux) sur  la quasi-totalité de la longueur du bâtiment  se trouve une grande salle des marchés d’environ 3 900 m², pratiquement libre de tout obstacle et d’une hauteur variant de 3,50 m à 5,00 m de hauteur libre, permettant l’aménagement d’environ 600 à 700 postes de travail par niveau.

Les niveaux de superstructure sont desservis par deux verticalités principales. Elles sont constituées, chacune, d’une batterie de quatre ascenseurs associée à un escalator. Ces deux verticalités sont reliées en façade Nord par une « circulation » ponctuée sur sa longueur par trois autres verticalités, 3 escaliers de 6 UP  (2×3 en « Chambord ») dont 2 associés des deux ascenseurs (PMR). Cette « circulation » est un prolongement du volume de la salle des marchés dont elle n’est séparée que par une cloison qui ne fait pas toute la hauteur du niveau, sauf au droit des 2 locaux d’attente PMR.

Le contrôle d’accès pour entrer dans les salles de marchés se fait à partir de ces verticalités et de cette « circulation ».

Des balcons-terrasses sont situés, partiellement, à chaque niveau de superstructure. Au Nord et au Sud, ils offrent un usage et des pratiques spécifiques de convivialité dans le projet et sont accessibles pour le nettoyage des façades. Au Nord, ces balcons d’une profondeur d’environ 1.35 m assurent, en tous points, l’accès aux secours depuis la voie échelle située en contrebas. Au Sud, ces balcons d’une profondeur 3,60 m, protègent du rayonnement solaire direct l’été.

En complément des salles de marchés qui constituent le cœur du projet, sont associés des bureaux d’accompagnement : environ 370 m² sur la partie Ouest et environ 230 m² dans la partie Est.

Des monte-charges, des locaux techniques, des sanitaires et des escaliers complémentaires sont situés dans les trois « noyaux techniques » du bâtiment, l’un en position centrale en façade Sud, le second au centre de la partie de bureaux à l’Ouest, le dernier à l’extrémité Sud-Est du bâtiment.

Le niveau dalle (D 00), situé au niveau 65.60 NGF, comporte essentiellement les espaces d’accueil et de distribution, ainsi que des espaces services.

Le hall majeur du projet est situé en façade Nord, face à la passerelle de liaison sur le boulevard des Bouvets (réalisée par l’EPAD). Par la voie soulevée au Nord, à laquelle on accède depuis les rampes situées au niveau du boulevard Kupka, les taxis ou voitures de maîtres peuvent déposer ou venir chercher un visiteur devant ce hall.

Depuis le hall, une artère de distribution du projet (la rue intérieure) permet l’accès aux deux pôles de distribution verticaux déjà décrits précédemment   et situés en extrémités Est et Ouest du projet. Sur cette artère sont présents des espaces de cafétéria et/ou des salles de réunions.

En léger contrebas (-1,02 m), la rue intérieure se dédouble pour desservir les deux principaux espaces de restauration : le restaurant principal à l’Est et la restauration rapide plus à l’Ouest, desservis tous deux par le pôle central de distribution connecté à une cuisine centrale au niveau inférieur. D’autres espaces de service  (infirmerie notamment) sont disposés en partie Ouest de ce niveau.

Le pôle de restauration consiste en une Unité Autonome de Production Alimentaire (UAPA) avec distribution pour consommation sur place et diversifiée suivant plusieurs types de restauration. Il est approvisionné par une cuisine centrale, située au niveau rue + 1 (R01) sur environ 1 100 m² et 140 m ² pour les annexes locaux techniques.

Les différents types de restauration sont décrits comme suit :

Au niveau D 00, sont implantés : Le restaurant d’entreprise avec une distribution de type « self-service » par des îlots « kiosques », le restaurant rapide avec une distribution type « fast-food » en self-service ou avec service à table hautes/comptoirs ainsi que deux cafétérias.

Au niveau D 05, est implantée la Salle à Manger Managing Director (SAMMD) associée à un bar sur mezzanine.

Le socle visible du projet, situé au niveau des rues bordant le projet et sous le niveau rez de dalle (D00), comprend, en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre : Au Nord-Est, sur le boulevard des Bouvets, la sortie du parking juste après un escalier extérieur reliant la rue au rez-de-dalle ; des espaces de bureaux comprenant un pôle de salles de réunions et des bureaux de paysages ; la voie et la rampe d’accès au parking, puis un service courrier / coursier ; à l’angle du boulevard des Bouvets et du pont Picasso, un hall secondaire d’accès anime par sa présence vitrée l’espace public, à l’angle opposé du carrefour où se situe le hall similaire de la tour Granite ; à l’angle Sud-Ouest, un grand escalier extérieur doublé d’un escalator connecte visuellement et physiquement (sous l’édifice ici soulevé) la promenade piétonne entre sa partie basse au niveau du boulevard Kupka et le rez de dalle au Nord du projet. Au Sud, sur le boulevard Kupka sont situées les entrées-sorties  des rampes pour l’accès des véhicules à la dalle (pompiers, taxis, VIP,…) ; Plus à l’Est, enfin est située la cuisine centrale des espaces de restauration du projet, qui surplombe l’air de livraison / déchets légèrement en contrebas du boulevard Kupka.

La partie Nord de l’infrastructure comprend principalement les parkings sur sept niveaux enterrés, associés à l’ouest à seulement trois niveaux techniques (CTA, locaux informatique, L.T. divers) dédiés au fonctionnement de la superstructure.

La partie Sud de l’infrastructure  comprend principalement des locaux techniques sur trois niveaux enterrés : locaux groupe électrogène, locaux courants forts / courants faibles, locaux informatique, L.T. divers, dédiés au fonctionnement de la superstructure.

Le bâtiment a des dimensions d’environ 180 mètres de long et de 34 mètres d’épaisseur et d’environ 50 mètres de hauteur. Il est important de souligner, sur ce point, que le bâtiment n’est pas un Immeuble de Grande Hauteur (IGH) et respecte les dispositions imposées par le P.O.S partiel n°3 révisé (celui-ci limitant à 120 mètres NGH la hauteur de toute construction sur ce site).

La volumétrie du projet est construite sur un schéma linéaire (une volumétrie horizontale) dans un dispositif d’une ligne Est-Ouest brisée par deux inflexions : l’inflexion Ouest constitue l’amorce de la Porte symbolique, l’inflexion au Sud-est permet le retournement visuel du projet sur la scène paysagère des équipements sportifs sur le boulevard Kupka.

Il est constitué dans sa coupe verticale d’un socle bas s’appuyant au niveau de la tranchée de la RN 314 actuelle et atteignant pour son niveau d’entrée principale le niveau 65,60 NGF de la voie échelle puis ensuite en superstructure de 6 niveaux (5 niveaux + mezzanine) sur rez-de-dalle,  surplombés d’une grande « surtoiture » en résille métallique abritant les édicules techniques du projet.

Le partie de construction située sous les boulevards Bouvets et Kupka rassemble le parking qui comprend 476 places, l’aire de livraison et la majorité des locaux techniques.

L’altitude du niveau Rez-de-rue (R00) est variable suivant sa relation avec le niveau d’espace public de la rue.

Les 5 niveaux + mezzanine au-dessus du rez-de-dalle ont une hauteur de dalle à 5,80 mètres.

La hauteur du dernier plancher accessible est de 27,98 mètres par rapport au niveau d’accessibilité des pompiers (voie échelle aménagée au niveau dalle, D 00). La hauteur hors tout du bâtiment est d’environ 50 mètres par rapport au boulevard des Bouvets. Le point le plus haut de la toiture se trouve 108 NGF).

Pour les espaces verts le projet général portait sur :

– L’aménagement d’un espace minéral à l’angle du boulevard des Bouvets, du pont Picasso et du boulevard Kupka, en extension et en harmonie avec un projet public général d’aménagement du pont Picasso, visant à favoriser les liaisons piétonnes entre les quartiers de logements situés aux alentours du projet et le secteur Valmy de La Défense ;

– l’aménagement minéral et végétal du rez-de-dalle du projet combinant la liaison piétonne haute avec le secteur Valmy (par un ouvrage de franchissement du boulevard des Bouvets),

– l’accès au hall majeur du projet, la dépose taxi et la voie échelle des véhicules de sécurité incendie ;

– les espaces plantés libres en pied de façade sur le boulevard Kupka, devant l’accès aux rampes pompiers ;

– l’aménagement d’une vaste terrasse jardin plantée en terrasse supérieure Sud du projet et la plantation de 8 arbres à grand développement est prévue dans le projet paysagé général, au moins 1 de ces arbres sera implanté au niveau D 00.

Pour relier le bâtiment depuis la dalle, l’Epadesa confie à Marc Mimram la réalisation d’une passerelle piétonne de 50 mètres de long pour 3,5 mètres de large. Du coté du cours Valmy, la « passerelle, haubanée » par un mât culminant à plus de 16 mètres, est posée dans la continuité de la dalle. Du coté de l’immeuble Basalte, l’ouvrage est accroché par l’intermédiaire d’une entretoise métallique au bord de la dalle en porte-à faux située au premier étage, de façon à assurer la continuité en élévation du tracé. Le coût du projet a avoisiné les 250 M€.

Alors que les travaux sont en passe d’achèvement, un incendie se déclare le 17 mars 2011 vers 13h30, dans une zone technique du bâtiment. Le sinistre s’est déclenché dans des galeries de gaines techniques au rez-de-chaussée du bâtiment. Très rapidement le feu s’est propagé à d’autres gaines créant une épaisse fumée qui s’est alors répandue  à l’extérieur  vers l’Esplanade. Le sinistre a été éteint avant 16 h, par 80 pompiers venus de quatre casernes : La Défense, Puteaux Gennevilliers et Colombes. Une vingtaine de camions de pompiers ainsi que des véhicules de Police, de GDF étaient présents bloquant toutes les rues environnantes. Trois ouvriers auraient été légèrement incommodés par cet incendie. Environ 4 000 km de câble de fibre optique notamment sont détruits. Ce sinistre est une catastrophe pour la Société Générale qui doit récupérer les lieux au troisième trimestre 2011; le retard sera très conséquent : les milliers de kilomètres de câbles doivent non seulement être remplacés mais les gaines techniques doivent être curées. L’immeuble ne sera finalement livré qu’en mars 2013.

 

Articles similaires