Aréna 92

Le projet de l'Arena 92

Le futur stade de l’Arena 92, remplaçant l’actuel stade Yves-du-Manoir à Colombes a été présenté le 14 février 2011 à la presse dans les locaux de l’EPADESA par Jacky Lorenzetti, président du Racing Métro 92, Patrick Jarry, maire de Nanterre, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire de Puteaux et présidente de l’EPADESA, Philippe Chaix, directeur de l’EPADESA et par son architecte désigné Christian de Portzanparc. Ce bâtiment qui n’est pas qu’un stade de rugby, mais aussi une salle de spectacle ou encore un immeuble de bureaux sera construit au bout de la jetée, derrière la Grande Arche sur les terrains de sport des Bouvets.

Dans un premier temps, le jury avait sélectionné trois groupements d’architectes/entreprise générale : Buffi et Besix, Wilmotte et Bouygues, Christian de Portzanparc et GTM Construction parmi 27 architectes de 8 nationalités.

 

[wpdm_file id=18]

 

Cet espace multimodal développerait un stade de rugby d’une capacité de 32 000 places, qui pourrait se transformer en une salle de spectacle de 15 000 à 40 000 places et un immeuble de bureaux de 38 000 m². Il serait notamment équipé d’un toit ouvrant, pouvant se refermer en cas d’intempéries ou pour des configurations « concerts », d’une pelouse synthétique, d’une centaine de loges, d’écrans géants de dernière génération, d’un traitement BBC de la partie bureaux – géothermie, de panneaux photovoltaïques, d’un traitement mutualisé de l’énergie et d’un traitement particulier apporté aux nuisances sonores grâce à un système d’isolement par doubles parois et un traitement de la peau extérieure pour assurer la tranquillité des riverains. « La priorité n’était pas le rugby mais un stade multimodal » souligne Jacky Lorenzetti qui précise que la ligne de touche sera à moins de 4 m 50 des premiers spectateurs.

Tous les acteurs de ce projet le saluent. Pour Patrick Jarry, Aréna apportera de l’emploi pour les Nanterrien. Il explique qu’il a reçu « une large adhésion de la population »  et que c’est « un bon projet pour Nanterre ». Le projet de ce stade apportera 300 000 heures de travail aux habitants de la commune.  La présidente de l’EPADESA a, elle, salué « l’audace » de ce projet.

Le Racing Metro 92 espère, chaque année, l’organisation de 18 matchs et jusqu’à 40 évènements.

 

[nggallery id=287]

 

Le montant du projet pour le complexe Arena 92, dont le nom définitif n’est pas encore choisi, devrait s’élever à 320 M€ ; il serait financé entièrement par des fonds privés dont 60 à 70% par des prêts bancaires. La location des 38 000 m² de bureaux et la location de l’enceinte pour des spectacles, voire même d’autres compétitions (handball, basketball, football,…) devraient contribuer à son financement. Les retombées touristiques sont déjà estimées à 23M€. Le stade pourrait également bénéficier d’un « naming » pratique qui consiste à donner, généralement à un stade, le nom d’un partenaire contre rémunération.

Côté accessibilité : l’Arena 92 sera situé entre les deux stations Nanterre Préfecture et La Défense Grande Arche du RER A mais à proximité du métro 1, des lignes L et U du Transilien, de la ligne 2 du tramway ainsi que des nombreuses lignes de bus. Tout cela sans compter la future station de RER de « Nanterre la folie « située sur le faisceau, à deux pas du stade. L’Aréna 92 sera équipé en outre de 500 places de parkings. Ce nombre peut paraitre faible, mais les visiteurs seront invités à venir en transports en commun ou à utiliser les places de parkings vacantes dans les parkings environnants. Les accès du stade, notamment par la jetée posent aujourd’hui des problèmes. « En effet les caractéristiques techniques de cet ouvrage ne permettent pas d’accueillir des milliers de spectateurs », explique le directeur de l’EPADESA Philippe Chaix. La jetée qui ne devrait pas être détruite et qui ne peut pas être modifiée pourrait tout simplement, être fermée lors des événements.

L’enquête publique se déroula du 7 mars au 7 avril 2011. Le permis fut accordé au club de rugby via sa filiale Stadium le 4 novembre 2011.

Les travaux menés par GTM Construction doivent débuter en mars 2012 pour une livraison en 2014. Mais le projet prend du retard, plusieurs recours étant déposés. Certains sont réglés rapidement dont ceux d’Unibail-Rodamco qui portent sur l’utilisation des parkings les jours et soirs d’événements. Un autre est déposé à la fin 2012 par l’association Acri-Liberté qui demande le dédoublement de la RN 314. Craignant de voir son projet retardé, le dimanche 15 avril 2012, Jacky Lorenzetti organise une manifestation de soutien au projet dans les rues de Nanterre. Des joueurs et fans du club y participeront. Une autre association, GAP (Groupe d’Action et de Proposition pour l’aménagement de Nanterre) dépose à son tour un recours portant cette fois-ci sur les nuisances sonores engendrées par l’équipement. Les deux recours des associations seront levés, respectivement, le premier à l’été 2012 et le second en avril 2013.

 

>> Pour consulter les photos du chantier c’est ici

Articles similaires