A La Défense l’art s’invite vraiment partout… Depuis sa création le quartier d’affaires s’est doté d’un véritable patrimoine d’œuvres d’art signées pour certaines des plus grands artistes mondiaux comme Calder, César, Takis, Moretti ou encore Miró. Au milieu de toutes ces œuvres magistrales, certains artistes tentent de se faire une petite place. C’est le cas pour le street-artiste Jean-François Caillarec qui a déployé ce dimanche 24 mai une de ses créations.

Ce parisien adepte des collages de petites mosaïques un peu partout dans la capitale a investi La Défense avec une première œuvre éphémère. Baptisée « Tetris 1 », en référence au célèbre jeu vidéo, l’œuvre vient habiller astucieusement un plot en granite installé devant l’ensemble de bureaux Cœur Défense.

De forme cubique, de 33 centimètres, l’équipement a été partiellement recouvert de centaines de petits carrés colorés d’1,5 centimètre par l’artiste. Si au premier coup d’œil on pourrait penser que l’œuvre est constituée de faïence, il s’agit en réalité de cartons et de papiers colorés recouverts d’un vernis marin, simplement scotchés.

Avec cette première œuvre éphémère signée à La Défense, Jean-François Caillarec ne compte pas en rester là et promet d’investir le quartier de l’Ouest parisien. L’artiste de 49 ans devrait revenir à La Défense dès ce weekend pour installer une nouvelle œuvre, « Tetris 3 » à proximité de la station de métro Esplanade de La Défense. « Tetris 2 » trouvera elle sa place du côté de Chatelet les Halles à Paris.

Et les idées fusent désormais dans la tête de Jean-François Caillarec qui veut faire de La Défense son nouveau terrain de jeu. « Il y a énormément de possibilités », explique le street-artiste parisien qui ambitionne d’installer une œuvre toutes les deux à trois semaines dans le quartier d’affaires jusqu’à la fin des beaux jours. « La Défense est assez peu exploitée par les street-artistes alors que c’est le terrain idéal pour se lâcher en faisant en sorte de ne pas détériorer l’existant », confie Jean-François Caillarec. Car Jean-François Caillarec l’assure : « toutes ses œuvres ne sont que « provisoires » et peuvent être « retirées simplement ». Et son œuvre « Tetris 1 » n’a pas fait long feu puisque dès lundi matin elle a été retirée, 24 heures tout juste après son installation.

Si La Défense regorge depuis plusieurs décennies de grandes œuvres monumentales, les street-artistes ne l’investissent que très peu. Il y a six ans le street-artiste Invader avait signé une œuvre « PA_1112 / Fresh » le long du boulevard circulaire de La Défense.

Et depuis trois ans Paris La Défense, l’établissement d’aménagement et de gestion du quartier d’affaires veut mettre l’art éphémère à l’honneur avec « Les Extatiques ». La troisième édition de cette manifestation culturelle doit justement débuter en juin.

Les œuvres de Jean-François Caillarec sont à retrouver sur son compte Instagram.

L’œuvre « Tetris 1 » de Jean-François Caillarec est resté tout juste 24 heures – Defense-92.fr