Nanterre prêt à donner un nouvel avenir à ses Tours Aillaud

Le groupement mené par le promoteur Cogedim Grands Projets et Histoire et Patrimoine vient d’être retenu pour élaborer un projet d’avenir pour le secteur des Tours Aillaud.

Les tours Aillaud en juin 2018 - Defense-92.fr

Elles sont le symbole de toute une époque. Un temps menacé de destruction, au début des années 2000, les Tours Nuages érigées d’après les plans d’Émile Aillaud entre 1973 et 1981, situées au sud-ouest de La Défense, sur la commune de Nanterre vont enfin pouvoir s’offrir un nouvel avenir. Le 19 octobre dernier, un jury mêlant les offices HLM de la ville de Nanterre et du département des Hauts-de-Seine (les deux propriétaires de ces tours) ainsi que des représentants du préfet, du territoire Paris Ouest La Défense (POLD), de la Splna et de deux représentants des habitants membres des amicales de locataires, a décidé unanimement d’engager des négociations exclusives avec le groupement Cogedim Grands Projets, et Histoire et Patrimoine pour travailler à l’élaboration d’un projet d’avenir du secteur des Tours Aillaud à Nanterre.

Ce groupement, intègre notamment une équipe de conception urbaine, architecturale et paysagère les agences LAMT, AIA Architectes Ingénieurs, atelier Monchecourt & co, l’agence Grand Public spécialisée dans la participation citoyenne, ainsi qu’une diversité de partenaires.

« Ce choix d’un groupement, intervenu à l’issue d’une procédure d’appel à manifestation d’intérêt, marque une nouvelle étape dans l’avancement du projet de rénovation du quartier Parc Sud, qui constitue le plus grand quartier de Nanterre », se félicite la ville de Nanterre dans un communiqué.

Cette mutation du quartier du Parc Sud qui a été entamée il y a déjà plus d’un an, a pour objectif de donner un nouveau souffle pour les prochaines décennies à ce quartier dont la réputation est souvent entachée par des problèmes de délinquances. Si le gros des travaux reste à venir, ils ont déjà débuté avec la rénovation du marché Pablo Picasso et la transformation de ses abords et du centre commercial.

Des logements en acquisition, du coworking et des petites entreprises

D’ici 2030, six des dix-huit tours (N°1, 29, 24, 17, 151 et 123), verront une évolution de leur usage d’origine. Cette évolution se traduira par une offre de logements en accession à la propriété, ainsi que l’installation de petites entreprises, des espaces de coworking, des activités de services et de développement culturel génératrices d’emplois, promet la commune de Nanterre.

Mais pour le groupement pas question de toucher à la qualité patrimoniale des tours de l’architecte Emile Aillaud, prévient la ville, ni même « aux atouts paysagers et artistiques du jardin ». Une seule des tours de l’ensemble sera en revanche détruite. Il s’agira de celle située au 121 avenue Pablo Picasso, l’une des plus petites. Sa disparition devra permettre d’ouvrir le Parc André Malraux sur l’Avenue Pablo Picasso.

« Comme la ville de Nanterre s’y était engagée, le relogement engendré par ce projet se fera sur la base du volontariat. Tous les locataires concernés qui voudront continuer d’habiter dans les Tours Aillaud ou dans le quartier du Parc le pourront, assure la ville dirigée par Patrick Jarry (DG). Les locataires des tours implantées qui voudront habiter un logement social neuf auront une proposition de relogement dans le quartier des Groues ».

Dès le second trimestre de l’année prochaine, les riverains du Parc Sud pourront se rendre à la maison des habitants, pour découvrir les premières esquisses des transformations du quartier. Au sein de cet espace les habitants pourront venir s’informer, débattre et, bien évidemment, enrichir les propositions du groupement.