C’est la fin d’une époque. Symbole du tout voiture et de l’urbanisme pas souvent bien maitrisé des trente glorieuses, l’immense parking aérien du « Croissant » à Nanterre va bientôt disparaitre du paysage. Après avoir été fermé en février dernier par l’Office HLM des Hauts-de-Seine et par Paris La Défense le nouveau propriétaire de l’équipement, les travaux de démolition de ce parking viennent de débuter il y a quelques jours par une phase de désamiantage. La destruction menée par l’entreprise Eiffage Démolition commencer dans quelques semaines et devrait s’achever à la fin de l’année.

Longeant la D 914, ce parking aérien, également connu sous le code « MP89 » prenait la forme d’un croissant, qui lui a valu son surnom. Il fût construit en deux tranches avec la partie sud en 1975 et la partie nord en 1980, démolie pour cette dernière il y a cinq ans. Ce parc de stationnement, véritable forteresse en béton qui enjambe le boulevard de Pesaro était à son origine long d’environ 250 mètres et offrait jusqu’à 627 places réparties sur trois niveaux. Le dernier était cependant condamné depuis la fin des années 90.

La disparation de la première partie du parking du Croissant a permis à Paris La Défense et la ville de Nanterre de réaménager le lieu avec la construction d’une résidence composée de deux immeubles de dix et quatorze étages totalisant 128 logements. A cela va bientôt s’ajouter une partie du futur campus du Pôle universitaire Léonard de Vinci et un autre programme de logements du promoteur Kaufman & Broad baptisé « Arche Horizon ». La seconde partie du parking du Croissant devrait laisser la place à de nouveaux programmes de logements. Programmes qui n’ont toutefois pas encore été dévoilés par Paris La Défense, l’aménageur du quartier d’affaires qui vendra les fameux « droits à construire » aux différents promoteurs candidats.