C’est une bouffée d’air pour ces centaines de commerçants du métro et RER. Alors que de très nombreuses enseignes sont actuellement en conflit avec les grandes foncières françaises sur la question des loyers et des charges, RATP Travel Retail (ex Promo Métro), la filiale de la régie des transports parisiens a annoncé les avoir suspendus. Cette suppression des loyers et des charges pour les quelques 500 commerçants implantés sur le réseau francilien de la RATP concernera toute la période du confinement dû au Coronavirus (Covid-19) entre le 16 mars et le 11 mai.

« C’est une mesure de solidarité par rapport aux problèmes que traversent aujourd’hui tous les commerçants dans le métro, confie Gilles Alligner, le PDG de RATP Travel Retail qui précise que cette aide concernera l’ensemble des commerçants du réseau aussi bien les petits que les grands comme le groupe Relay.

Si pour l’heure ce geste commercial n’a pas été chiffré par la filiale de la RATP elle devrait représenter un manque à gagner de « quelques millions d’euros », selon Gilles Alligner. Mais pour l’entreprise cette suppression des loyers et des charges était indispensable. « On peut penser que si on n’avait pas accompagné toutes ces enseignes ont aurait pu assister à des dépôts de bilan mais surtout beaucoup de licenciements de personnes », poursuit Gilles Alligner qui précise que les boutiques du réseau génèrent plus de 2 000 emplois, sans compter les postes indirects.

« On va être attentifs pour accompagner la relance des commerces dans le métro après le déconfinement »

Avec une petite soixantaine de boutiques et restaurants, la gare de La Défense concentre le plus grand nombre de commerces du réseau de la RATP qui en compte actuellement environ 500 dans la région. La station de métro Esplanade de La Défense totalise elle quatre commerces. À La Défense, tous, exceptés la pharmacie et le laboratoire d’analyse médicale sont fermés depuis le début du confinement. Et pour l’officine et le labo d’analyse des mesures seront également apportées assure RATP Travel Retail. « On va faire des aménagements pour eux car ils ont eu beaucoup moins de clientèle qu’avant. Nous allons étudier leurs chiffres d’affaires pour les accompagner le mieux possible. On verra s’ils devront payer leur loyer », estime Gilles Alligner.

Si le Marks & Spencer -la plus grande enseigne de La Défense et du réseau de la RATP- a bien tenté d’ouvrir sa grande épicerie durant les premiers jours du confinement, la chute vertigineuse de la fréquentation des voyageurs -plus de 95 %- a contraint son franchisé, le groupe Relay de stopper l’ouverture, tout comme la supérette Casino Shop.

Mais la fin du confinement ne rimera pas avec un retour à la normale. Pour cette reprise qui devrait être très longue en s’étalant sur de nombreux mois avant l’arrivée d’un vaccin, la foncière de la RATP promet qu’elle restera présente pour ses locataires. « On va être attentifs pour accompagner la relance des commerces dans le métro après le déconfinement », rajoute Gilles Alligner.

En décembre et janvier dernier, RATP Travel Retail avait déjà accompagné financièrement un certain nombre de commerçants largement impactés par les grèves contre la réforme des retraites. De nombreuses boutiques et sandwicheries, avaient alors été contraints de cesser temporairement leurs activités à cause des fermetures de lignes.