RFF, l’EPAD, l’EPASA et l’EPAMSA signent le protocole relatif aux études d’Eole

Une rame du RER E en gare de Paris Haussmann

RFF (Réseau Ferré de France), l’EPAD (Etablissement Public d’Aménagement de La Défense), l’EPASA (l’Établissement Public d’Aménagement Seine-Arche)et l’EPAMSA (l’Établissement Public d’Aménagement du Mantois Seine Aval) signent ce jour un protocole de partenariat pour accompagner le prolongement du RER E à l’Ouest jusqu’à Mantes-la-Jolie via La Défense et Nanterre.
Le prolongement du RER E, qui a fait l’objet, le 18 décembre 2009, d’une saisine conjointe de la
Commission nationale du débat public, par Réseau Ferré de France et par le STIF, autorité organisatrice des transports en Île-de-France, concerne notamment deux territoires ayant des projets d’aménagement structurants : La Défense et Nanterre d’une part et Seine Aval d’autre part.

« Ce protocole de partenariat vise à renforcer la coopération des signataires, en vue d’assurer la cohérence des projets respectifs de prolongement du RER E et d’aménagement urbain, notamment dans l’exercice de leurs maîtrises d’ouvrage respectives. Il se situe ainsi dans une perspective de développement économique durable de ces territoires. Á ce titre, cette coopération et ce protocole ont vocation à être élargis à d’autres partenaires locaux, régionaux et nationaux » explique le communiqué.

Les trois aménageurs publics et Réseau Ferré de France collaboreront en particulier sur les thèmes

– Les perspectives de développement urbain des quartiers de La Défense et de Seine-Arche, en particulier des Groues ;
– Les besoins d’organisation des flux, en lien notamment avec les aménagements urbains actuels ou envisageables autour des futures gares Eole à L

a Défense et à la Folie ;
– L’insertion urbaine du « saut de mouton » au niveau du pont de Rouen à Nanterre ;
– Les perspectives de développement résidentiel et économique de Seine Aval, avec les offres supplémentaires de transport vers La Défense le plus rapidement possible.

La mission de ce protocole visera à « assurer la cohérence du projet EOLE avec les
autres projets en cours concernant ces mêmes territoires et notamment le futur métro automatique rapide, la liaison Seine Aval – La Défense et le plan de mobilisation des transports mis en œuvre par la région Île-de-France » précise le communiqué.

Les travaux du prolongement devraient débuter en 2013, après une enquête publique en 2010 ou 2011, pour une livraison en 2017.

Le tracé qui semble désormais retenu consisterait en un tunnel direct entre Haussmann – Saint-Lazare et La Défense avec une gare intermédiaire au niveau de la Porte Maillot créant une correspondance avec la ligne C du RER et la ligne 1 du métro. La gare de La Défense se situerait sous le CNIT. Le tunnel sortirait au niveau de la Folie à Nanterre avec une station. La ligne serait ainsi prolongée vers Mantes-la-Jolie, en reprenant une branche de la ligne J.

Une option envisagerait de ne pas créer de station à la porte Maillot ce qui permettrait une économie de 200 à 250 millions d’euros et une durée de trajet raccourcie (6 minutes au lieu de 7 minutes 50 entre Saint-Lazare et La Défense). Cependant, cet arrêt à la Porte Maillot permettrait de désengorger la ligne 1. Le coût du projet est estimé à 1,5 milliard d’euros.