RER E : le groupement Alstom-Bombardier décroche le méga contrat pour les nouvelles rames

Le consortium franco-canadien vient de remporte ce 11 janvier le méga contrat des rames du RER nouvelle génération pour équiper les lignes D et E.

Les nouvelles rames circuleront sur les lignes D et E du RER - Alstom / Bombardier / Stif / Sncf

Une commande historique. Le consortium franco-canadien Alstom-Bombardier, unique candidat encore en course après l’éviction de l’espagnol CAF, vient de remporter le méga appel d’offres pour équiper en nouvelles rames les lignes D et E qui sont exploitées par la Sncf.

Ce contrat, l’un des plus importants de l’histoire ferroviaire européenne, lancé par la région Ile-de-France via le Stif prévoit la commande de 255 rames RER NG dites de nouvelle génération (125 pour le RER D et 130 pour le RER E) pour un montant estimé à environ 3,75 milliards d’euros. La première phase comprend la livraison de 71 rames pour un montant estimé à 1,55 Mds d’euros (environ 70 % Alstom – 30 % Bombardier) subventionnées entièrement par le Stif.

Des rames avec différents espaces de voyages

Les rames à deux niveaux de type “Boa” (sans séparation entre les voitures) offriront une nouvelle optimisation avec trois espaces pour les voyageurs : des zones dites “plateforme” pour les trajets de cinq minutes, des zones “basses mixtes” pour les trajets d’une vingtaine de minutes et enfin des zones en hauteur au “confort régional”, pour des trajets de cinquante minutes. Leur capacité variera de 1 563 voyageurs en version courte de 112 mètres à 1 861 voyageurs pour la longue de 130 mètres.

La production de ces trains débutera dès 2018 dans les usines françaises d’Alstom et de Bombardier. Environ 2 000 personnes travailleront sur ce projet au sein du groupement à travers les sites de Bombardier à Crespin (Nord) et huit sites d’Alstom en France : Valenciennes, Reichshoffen, Ornans, Le Creusot, Villeurbanne, Tarbes, Petit-Quevilly et Saint-Ouen. Les premières rames seront dans un premier temps livrées pour la ligne D dès 2021. Dès l’année suivante elles remplaceront progressivement les actuels MI2N pour accompagner le prolongement d’Eole vers Nanterre-la-Folie par La Défense en 2022 puis vers Mantes la Jolie en 2024.

Quant à l’avenir des rames qui circulent actuellement sur la D, elles seront pour les plus vieilles réformées et les plus récentes affectées à la C qui remplaceront elles-mêmes les plus anciennes. Concernant les MI2N du RER E aucune décision n’aurait été prise selon Alain Krakovitch, le directeur du Transilien qui assure qu’elles n’iront pas sur la L qui devrait donc être totalement équipée des rames Francilien dans les prochaines années.

Le shema de la nouvelle rame du RER D et E - Alstom / Bombardier / Stif / Sncf

Le shema de la nouvelle rame du RER D et E – Alstom / Bombardier / Stif / Sncf