RER A : la RATP dit adieu à ses rames MS61

Après quarante-neuf ans ans de bons et loyaux services les rames MS61 qui ont circulé sur la ligne A du RER viennent de tirer leur révérence ce samedi 16 avril. Passionnés et cheminots étaient au rendez-vous de cet ultime voyage.

La dernière rame MS61 qui a fait le trajet entre La Défense et Boissy-Saint-Leger le samedi 16 avril 2016 - Defense-92.fr

C’est une page qui se tourne pour le RER A. La ligne la plus fréquentée d’Europe vient de se séparer de ses trains historiques qui ont circulé pendant quarante-neuf ans, les MS61. Cette rame composée de trois unités (la 115, 116 et 112 en tête) a effectué un ultime trajet commercial ce samedi 16 avril au départ de La Défense vers Boissy-Saint-Leger réunissant bon nombre de passionnés, nostalgiques et personnels de la RATP.

Jean-Pierre se souvient : “J’étais là à l’ouverture de la ligne en 1969, j’ai connu la dernière machine à vapeur, c’est une époque qui s’arrête” évoque t’il. Et pour lui les MS61, même rénovés restent bien plus confortables que les nouveaux modèles à deux niveaux. “Ce sont des souvenirs d’enfance, une page qui se tourne” confie pour sa part Arshdeep qui a tenu à venir rendre hommage à cette rame tout comme Almany âgé de 43 ans : “Je l’ai connu étant tout gamin en 1977, dit-il avec un brin de nostalgie. C’était un matériel très robuste”.

Un avis que partage Bruno, l’un des derniers cheminots de la RATP à s’être glissé aux commandes de la machine pour ce voyage : “Elles étaient très agréables à conduire”. Hasard des choses, le cheminot qui est affecté à la ligne A depuis huit ans, fêtait ses trente ans d’entrée à la régie de transport ce même jour.

Ces rames dont tous les usagers du RER A connaissent sa silhouette étaient composées de trois “caisses” (deux motrices et un wagon). Son système d’attelage facilite la composition des rames. Dans sa configuration maximale, l’ensemble comporte trois rames soit neuf voitures, pour une longueur de 225 mètres, et peut accueillir un peu plus de 2 500 voyageurs.

Il existera à leur sortie trois variantes : les A/B avec un pare-brise en trois parties avec vitre avant plate, girouette au-dessus du pare-brise, essuie-glace attaché en haut, avant strié ; les C/D avec un pare-brise en une partie avec vitre arrondie, girouette en haut derrière le pare-brise, essuie-glace attaché en bas, logo RATP de 1960 (rond), et les E/Ex qui sont identiques aux modèles C/D mais avec logo RATP de 1976 (allongé).

Véritable coup d’envoi du futur réseau RER, c’est en décembre 1969, lors de l’inauguration de la gare de Nation, que les premiers MS61 roulent sur la future ligne A du RER, après avoir été mis en service sur la ligne de Sceaux, (future ligne B du RER) en juin 1967.
 Par la suite, ce matériel des plus performants, sera déployé sur chaque nouveau tronçon de la ligne A (La Défense – Étoile le 21 février 1970, Étoile – Auber le 23 novembre 1971, puis lors du raccordement de ces deux tronçons à La Défense – Saint-Germain-en-Laye le 1er octobre 1972). Enfin, le 8 décembre 1977, le tronçon “central” entre Nation et Auber, qui signe véritablement la naissance des lignes A et B du RER, est inauguré par le président de la République française de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing conduisant pour l’occasion un MS61.

De 1970 à 1980, le parc de MS61 augmentera régulièrement accompagnant l’évolution de la ligne A (mise en service du tronçon central en 1977 et prolongement à Torcy dans les années 80) pour atteindre 127 éléments.

Bruno a été l'un des derniers conducteurs à piloter une MS61 - Defense-92.fr

Bruno a été l’un des derniers conducteurs à piloter une MS61 – Defense-92.fr

D’abord bleu et blanc, le parc subira une première série de rénovation entre 1985 et 1992 gagnant la couleur rouge, puis une seconde de 2005 à 2008 portant sur 101 rames, les autres étant réformées. Lors de cette seconde rénovation, plus lourde que la première, toutes les rames vont être uniformisées avec une face avant identique. L’intérieur sera lui entièrement refait avec de nouveaux sièges, un nouvel éclairage et la mise en place du système SISVE (plan lumineux indicateur de desserte, et annonces sonores).

Depuis 2011 la RATP a procédé au retrait progressif de ce matériel qui conservait pourtant un excellent aspect suite à leur rénovation, jusqu’à ce jour d’avril 2016. D’ici un an les rames MI84 qui n’ont pas rejoint la ligne B pour y être rénovées, soit 21 éléments seront retirées afin d’être stockées en attendant une nouvelle ligne d’affectation choisie par le STIF. Il ne restera alors plus que deux modèles de trains : des rames à deux étages bien plus capacitaires sur le RER A les MI2N (43 éléments) et les MI09 (140 éléments).

Après ce tout dernier voyage les trois rames MS61 vont être acheminées par camions à Torvilliers, près de Troyes afin d’y être démantelées et recyclées sur le site de Véolia tout comme les 98 rames précédentes. Avant cela elles passeront par les ateliers de Sucy, où la RATP va déposer les différents éléments récupérables.

La réserve de matériel de la RATP de Villeneuve-Saint-Georges conserve néanmoins depuis 2010 pour l’histoire une rame qui comporte une motrice des séries A/B d’un côté, C/D de l’autre, le tout en livrée Île-de-France tricolore issue de la première rénovation. Cependant, la régie n’a pas prévu de conserver un modèle de la dernière version au grand regret d’Almany “c’est vraiment dommage” estime t-il. Les nostalgiques pourront lui rendre visite tout comme aux anciens matériels de la RATP lors des journées du patrimoine.

(Photos non créditées : Wikipedia)

  • Merlin

    bon débarras, les versions rénovées où les anciennes vitres coulissant verticalement sur une bonne moitié ont été remplacées par un petit panneau s’inclinant avec une toute petite ouverture vers le haut privilégiant la sécurité au détriment d’un flux d’air efficace en été et créant un effet fournaise encore pire ne me manqueront pas (bon maintenant il faut que la climatisation dans les rames à double étage fonctionne 😉 ).