Pécresse annonce la fin du ticket de métro pour 2021

La présidente de la région Ile-de-France a annoncé dans le JDD la fin pour 2021 du ticket de métro qui sera remplacé par le pass Navigo, le smartphone et la carte bleue de paiement sans contact.

Un ticket de métro de la RATP et de la SNCF - Defense-92.fr

Dans quelques années ils deviendront collectors. Valérie Pécresse (LR), la présidente de la région Ile-de-France vient d’annoncer dans une interview confiée au JDD, la disparition d’ici à 2021 des tickets de métro, bus, RER, Transilien. Le petit ticket plus que centenaire a donc fait son temps. Il sera remplacé par le pass Navigo (déjà largement déployé pour les abonnés), le smartphone et la carte bleue de paiement sans contact.

Passé 2021, tous les valideurs franciliens accepteront la carte bancaire sans contact. Un “porte-monnaie transport” sera également développé par la région. “Les voyageurs occasionnels pourront charger une somme d’argent sur un pass Navigo anonyme et seront débités du montant du trajet à chaque validation de leur pass, comme avec un billet magnétique”, explique Valérie Pécresse qui est à la tête également du Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif).

Le pass Navigo va lui devenir dématérialisé et sera rebaptisé “Smart Navigo”. “Entre 2018 et 2020, nous lancerons la première mise en oeuvre du pass Navigo sur smartphone, ce qui permettra de télécharger le forfait de transport directement sur le téléphone” précise Valérie Pécresse.

La présidente de la région envisage par ailleurs la mise en place d’un paiement différé ou “post-paiement”. “L’idée est de facturer aux usagers la tarification la plus avantageuse pour eux en fonction de leur consommation de transports dans le mois, par exemple, un carnet de dix tickets plutôt qu’un Navigo par semaine” détaille t-elle dans les colonnes du JDD.

Valérie Pécresse souhaite également que ce nouveau titre de transport puisse servir à payer les autres services de mobilité comme le Velib’, l’Autolib, le taxi ou encore le co-voiturage. Toutes ces données qui seraient centralisées en temps réel permettraient à la région de les croiser dans un calculateur d’itinéraire nouvelle génération, prédictif et prévisionnel du trafic afin de contribuer à réduire les embouteillages et le trafic.

Enfin, la présidente souhaite que ce système puisse servir à payer les musées, les événements culturels, les parkings et même pourquoi pas les hôtels.