Une navette sans conducteur en test à La Défense dès juin

Dès juin prochain et pendant six mois le Stif va tester dans le quartier de La Défense des navettes autonomes sans conducteur.

Une navette autonome Navya à Lyon - Denis Paillard

Une première mondiale. Quelques semaines après avoir testé avec la RATP des navettes sans conducteur sur le sur le pont Charles de Gaulle à Paris, le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) va poursuivre l’expérimentation dans le quartier d’affaires de La Défense. Cette fois-ci l’exercice se fera avec Keolis, la filiale de voyage en bus et cars de la SNCF qui agira en tant qu’opérateur et le constructeur français Navya.

Dès juin prochain et jusqu’à la fin de l’année, trois véhicules autonomes électriques d’une capacité d’une quinzaine de personnes (onze assises et quatre debout) sillonneront le quartier à travers deux ou trois parcours dont l’un pendant la semaine desservant les quartiers Valmy et Faubourg de l’Arche depuis la Grande Arche et l’autre parcourant l’esplanade de La Défense les week-ends et jours fériés.

« Ces véhicules autonomes testeront une demande de transport non satisfaite aujourd’hui, à savoir les premiers et derniers kilomètres des trajets quotidiens des usagers des transports du quartier d’affaires de La Défense, qui compte 500 000 visiteurs journaliers », se réjouit Valérie Pécresse (LR), la présidente de la région Ile-de-France et du Stif.

Un service qui sera gratuit

Un engouement que partage son homologue, le président des Hauts-de-Seine et de Defacto Patrick Devedjian (LR) : « Cela s’accorde avec notre esprit d’innovation, tout en fournissant un nouveau service aux utilisateurs du quartier. Elles permettront de se déplacer plus rapidement sur ce qui constitue la plus grande surface piétonne européenne, et avec les trajets différents pour la semaine et le weekend, ces navettes s’adaptent aussi au rythme de La Défense ».

Ce service gratuit sera ainsi une première mondiale puisqu’aucun agent ne sera présent à bord des véhicules qui circuleront dans un milieu public. Truffé de capteurs, les navettes qui rouleront à la vitesse d’un piéton suivront un trajet bien établi et seront capables à tout moment de freiner en cas de présence d’un obstacle sur son passage comme des piétons.

« A l’avenir et si ce type d’expérimentation s’avère concluante, les véhicules autonomes pourraient venir enrichir la palette de transports et la qualité de services offerts aux Franciliens sur certaines liaisons avec une meilleure amplitude horaire, une fréquence plus pertinente et la création de nouvelles lignes » détaille le Stif qui envisage déjà d’autres expérimentations sur le territoire francilien.