Journée de galère sur la ligne A du RER après un arrêt de travail des conducteurs

Il était très difficile de voyager dans la région et particulièrement sur la ligne A du RER ce jeudi 29 janvier, après un arrêt de travail spontané des conducteurs à la suite de l’agression de l’un des leurs.

Un quai de la gare de La Défense sur le RER A le 29 janvier 2015 - Defense-92.fr

La journée fût particulièrement chaotique sur la ligne A du RER en ce jeudi 29 janvier. Cet arrêt de travail inopiné fait suite à l’agression, la veille d’un conducteur d’une rame, en gare de Torcy. A 20h45, le signal d’alarme a été actionné lorsqu’un passager s’est fait coincer la main lors de la fermeture d’une porte, explique une source policière. Le conducteur du RER avait alors quitté sa cabine pour faire la vérification et réarmer le système d’alarme comme le prévoit la procédure et c’est à cet instant que l’individu qui avait eu la main coincée, lui a asséné «un coup de tête» avant de prendre la fuite. La victime a eu le nez fracturé.

Cette violente agression aura entrainé une grève immédiate de l’ensemble des conducteurs de la ligne dès le début de la journée de jeudi. N’ayant pas eu de préavis des centaines de milliers de voyageurs ont été pris au dépourvu. Les quelques 1,2 million d’usagers de la ligne la plus fréquentée d’Europe ont dû trouver d’autres alternatives. Si certains ont préféré prendre leur véhicule ou pratiquer du covoiturage, beaucoup ont dû se reporter sur d’autres lignes, qui elles n’étaient pas impactées par la grève. Les autres lignes dont la ligne L du Transilien, la ligne 1 du métro ou encore les lignes de bus qui desservent le quartier de La Défense ont été rapidement prises d’assaut.

La Gare routière de bus de la station La Défense-Grande Arche a été prise d’assaut par les usagers du RER A. - Thibault Chaffotte

La Gare routière de bus de la station La Défense-Grande Arche a été prise d’assaut par les usagers du RER A. – Thibault Chaffotte

Si pour voyager dans Paris, des alternatives étaient possibles, il était en revanche très difficile de se rendre dans les villes situées sur les extrémités des branches de la ligne A, à l’exception de Cergy et Poissy, qui dépendent de la SNCF et pour lesquelles le trafic était normal, sauf que les départs se faisaient depuis Paris Saint-Lazare. Pour relier Marne la Vallée, l’un des terminus de la ligne où se trouve le parc de Disneyland Paris à la capitale, la RATP a mis en place des bus de substitution. Mais il fallait compter près de 2 heures pour un trajet entre Marne la Vallée et le Château de Vincennes.

Ce n’est que vers 16h30 que le trafic a légèrement repris sur la ligne. Des cadres de la RATP ont été aux commandes des rames de RER pour tenter de ramener à bon port les usagers. Mais cette reprise n’aura été que de courte durée, puisque dès 20h30, le trafic était de nouveau nul sur la ligne.

Si ce mouvement surprise a agacé bon nombre de voyageurs, certains disent comprendre cet arrêt de travail des conducteurs de la ligne en soutien à leur collègue. Le président de la RATP, Pierre Mongin a dans un communiqué exprimé son soutien à la victime en condamnant fermement « l’inadmissible » agression. « L’interruption spontanée du trafic sans respect des règles de préavis n’est pas une réponse appropriée à ce genre de situation » déclare t-il en s’excusant de la gène occasionnée.

Alain Vidalies, le secrétaire d’Etat aux transports a lui exprimé sa solidarité au conducteur agressé expliquant que le gouvernement comprenait le mouvement, estimant toutefois que l’interruption du trafic sur la ligne la plus chargée d’Europe «ne peut constituer la bonne réponse».

La directrice de Defacto, Marie-Célie Guillaume a poussé un coup de gueule sur Twitter parlant d’une « prise d’otage » de 1,2 million de voyageurs qu’elle juge inacceptable.

Egalement sur Twitter, l’association de voyageurs de la ligne L Plus de Trains a exprimé sa colère face à cette grève qui a perturbé des centaines de milliers de voyageurs.

Pour la journée du vendredi 30 janvier la RATP annonce un trafic normal sur l’ensemble de la ligne A.