Grand chamboulement sur les lignes L et U, l’association Plus de Trains se félicite

C’est une première grande victoire pour l’association Plus de Trains. Le Stif vient de voter en conseil lors du 11 février une refonte totale des grilles horaires des lignes L et U du Transilien.

Des trains de la ligne L et de la ligne U - Defense-92.fr

Tout est parti en février 2012, par la création d’une page Facebook par un usager de la ligne L, Kamel Zaoui, habitant d’Asnières et salarié à la Société-Générale dans le quartier de La Défense. Il lance une page Facebook pour réclamer une meilleure desserte entre sa ville et le quartier d’affaires. Si la page aurait pu en rester là et tomber dans l’oubli, il n’en a rien été. Rejoint par de nombreux clients de la ligne, la page grossit et se transforme en association. Kamel sera rapidement rejoint par Arnaud Bertrand, un collègue travaillant dans la même banque et habitant également dans sa ville. Le combat va alors s’élargir à toute la ligne et les revendications deviendront multiples. Trois ans plus tard l’association qui est partie en croisade contre la SNCF afin de lui demander une refonte totale des grilles horaires mais aussi d’investir dans la ligne, devenue en quelques années l’une des pires lignes en termes de régularité, d’Ile-de-France, a remporté une première victoire.

 

 

C’est ainsi que lors de sa séance du 11 février le conseil du Stif a voté une refonte totale des lignes du Transilien L et U et de plusieurs investissements à partir du début 2016. Désormais sur la ligne L en heures de pointe, tous les trains s’arrêtent à St Cloud, La Défense et Paris St Lazare ;  la branche Versailles desservira Pont Cardinet, Clichy-Levallois, Asnières, Suresnes et sera omnibus de St Cloud à Versailles Rive Droite ; la branche St Nom la Bretèche desservira Bécon, Courbevoie, Puteaux, Val d’Or et sera omnibus de St Cloud à St Nom. Jusque là seuls les premiers trains du matin et les derniers de la journée faisaient escale entre Paris Saint-Lazare et Bécon les Bruyères. « C’est une véritable révolution » se réjouit l’association Plus de Trains. La cadence augmentera en passant de 4 à 6 trains en heure de pointe. La fréquence des trains sera désormais doublée en heure creuse sur la branche de St Nom la Bretèche avec une rame tout les quart d’heure.

Pour les weekends: le samedi, la fréquence et la desserte des branches St Nom la Bretèche et Versailles de la ligne L et de la ligne U sont renforcées, tandis que le dimanche les fréquences actuelles et les schémas de dessertes sont maintenus avec intégration des arrêts Pont Cardinet, Clichy et Asnières sur les missions Versailles.

La ligne U (La Verrière – La Défense) va elle aussi subir une mutation. Les trains marqueront désormais l’arrêt à Sèvres-Ville d’Avray et Chaville. En revanche, fini les escales au Val d’Or (Saint-Cloud). L’une des seules décisions du Stif qui agace l’association et fait déjà bondir des usagers de cette gare. « Nous espérons que la SNCF reviendra sur cette décision, mais cela va être compliqué au niveau des cadences » confie Kamel.

A cette refonte totale de la grille horaire et des dessertes vient s’ajouter une commande de 19 rames « Francilien » qui seront mises en service en 2017 pour la branche de Versailles. En revanche celle de Saint-Nom La Bretèche devra attendre. Le pont de Marly ne permettant pas pour l’heure de faire rouler ce nouveau matériel, en attendant des travaux de rénovation les rames actuelles Z 6400 continueront à circuler. A cette date, les Z 6400, qui représenteront 50% restant sur la ligne deviendront l’une des plus âgées avec une moyenne de 40 ans d’âge.

« Les usagers ne sont pas naïfs. Rome ne s’est pas faite en un jour, la ligne ne se reconstruira pas en une année » tempère l’association malgré ces bonnes nouvelles. Pour Plus de trains, le réseau souffre de trente années de sous-investissement. « Il va falloir des travaux de remise à niveau et d’amélioration urgents pour diminuer les incidents et en réduire les conséquences ». L’association d’usagers dénonce également le climat social « très tendu » à la SNCF sur Saint-Lazare avec 24 journées de grève en 2014.