Dernière ligne droite pour le T2 avant l’ouverture du prolongement

Une rame du T2 effectuant des tests

Depuis le samedi 27 octobre 2012 et jusqu’à la veille de la mise en service prévue le lundi 19 novembre 2012, le tramway T2 entame la période dite de « marche à blanc » sur le nouveau prolongement entre La Défense et la future station Pont de Bezons. La marche à blanc est la dernière phase d’essais du prolongement du T2 avant sa mise en service.

Le tramway circulera sur le nouveau tronçon dans les conditions de fréquence et d’horaires de la future exploitation commerciale mais sans prendre de voyageurs à son bord. Comme il s’agit d’un prolongement, les rames venant de Porte de Versailles circuleront avec voyageurs jusqu’au terminus actuel, La Défense. Elles rouleront ensuite sans voyageurs jusqu’au terminus Pont de Bezons.

Cette dernière phase de test permet de vérifier l’ensemble du système en conditions réelles: même fréquence, même vitesse, même signalisation. Les conducteurs se familiarisent avec le nouveau tracé et procèdent aux derniers ajustements.

Pour les piétons, les conducteurs de deux roues, les automobilistes, la marche à blanc est une période qui offre à tous le temps de s’habituer à la cohabitation avec le tramway dans des conditions normales d’exploitation.

C’est à l’issue de cette période que la nouvelle ligne peut obtenir l’autorisation officielle de mise en service.

Le tramway T2 est prolongé de 4,2 kilomètres au nord entre La Défense et Bezons avec sept nouvelles stations. A sa mise en service en 2012, il traversera quatre nouvelles communes dans les Hauts-de-Seine (Courbevoie, La Garenne-Colombes, Colombes et Nanterre) et une dans le Val d’Oise (Bezons).

Inscrit dans le cadre du Contrat de projets Etat-Région 2007-2013, le coût total de l’opération est de 223,50 M€ (aux conditions économiques 2006). Le financement du projet est réparti entre la Région Ile-de-France (146,23 M€ – 65 %), l’Etat (38,80 M€ – 17 %), les Conseils généraux des Hauts-de-Seine (19,81 M€ – 9 %) et du Val d’Oise (13 M€ – 6%) et la RATP (5,65 M€ – 3%).