Terrorisme : La Défense se prépare au pire avec un exercice géant

La préfecture des Hauts-de-Seine a organisé dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre un exercice géant afin de simuler un attentat majeur dans le quartier de La Défense.

L'exercise de sécurité dans le quartier de La Défense s'est déroulé durant la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre 2016 - Yves Malenfer / Ministère de l'Interieur

C’est un scénario que tout le monde redoute : le jour où La Défense sera touché en son cœur par une attaque terroriste. L’hypothèse plus que plausible, inquiète non seulement le public mais aussi les autorités. Et il y a de quoi, car le quartier d’affaires est souvent listé comme une cible privilégiée par les terroristes de Daesh qui avaient d’ailleurs projeté en novembre 2015 une attaque dans le centre commercial des 4 Temps et au commissariat de La Défense. Quelques mois plus tôt ce sont les Shebab qui avaient appelé leurs “combattants” à s’en prendre au centre commercial.

Pour se préparer au pire, la préfecture des Hauts-de-Seine a organisé dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre un exercice géant afin de simuler une attaque terroriste majeure dans le quartier de La Défense. Ceci afin de tester le Plan de Mise en Sécurité de La Défense (PMSD), (l’équivalent à l’échelle locale du plan ORSEC) et les capacités de réaction des services de secours.

Plus de 780 participants pour cet exercice l’un des plus grands jamais réalisés en France

L'exercise de sécurité dans le quartier de La Défense s'est déroulé durant la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre 2016 - Yves Malenfer / Ministère de l'Interieur

L’exercise de sécurité dans le quartier de La Défense s’est déroulé durant la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre 2016 – Yves Malenfer / Ministère de l’Interieur

Cet entrainement, -l’un des plus importants jamais réalisés en France- a mobilisé durant une partie de la nuit services de la préfecture, forces de l’ordre (policier, BAC, RAID, BRI Nationale, police municipale,…), sapeur pompiers, Samu, associations (Croix Rouge, Ordre de Malte, Protection Civile), Defacto, ville de Courbevoie et Puteaux, société privés,… soit plus de 550 participants et 140 véhicules. Pour rendre le jeu le plus réel possible quelques 153 figurants (tous élèves infirmiers) ont participé à l’entrainement encadré par 28 animateurs et le tout contrôlé par une soixantaine d’observateurs.

Fictivement l’exercice qui s’est tenu entre 23 heures et 5 heures du matin se déroule un jour de semaine vers 17 heures au moment de la sortie des bureaux. Seuls nos confrères du Parisien ont été autorisés à assisté par la préfecture à cet exercice.

Des terroristes pénètrent dans le centre commercial des 4 Temps

Tout débute à 00h15 (donc vers 17 heures selon le scénario). Plusieurs détonations retentissent dans le quartier. Des hommes crient qu’ils vont “crever les mécréants” qu’ils croiseront. Même si tout le monde sais qu’il s’agit d’une fiction, l’effet est là. La panique s’empare du parvis et les premières victimes commencent à tomber au sol avant que les terroristes ne pénètrent dans le centre commercial des 4 Temps. Les assaillants tirent en rafale avec des armes de guerre de type kalachnikov. Un témoin appelle la police avec son téléphone. Très vite la BAC de La Défense arrive sur place et les échanges de tirs fusent dans une ambiance pesante. Un premier terroriste est abattu. Cinq minutes après le début de l’assaut la musique du centre s’arrête et un message d’alerte retentit demandant à tous les commerçants de “rester confinés”. L’un des terroristes se retranche avec plusieurs otages dans la boutique Go Sport, les tenant en joue et menaçant “Baisse les yeux ! le premier qui bouge, je lui mets une balle dans la tête”.

Premiers sur les lieux la BAC avance derrière un bouclier en tirant sur les terroristes. Les policiers tentent de rentrer en contact avec le terroriste. Pas de réponse. Une heure du matin, les équipes de la BAC sont toujours livrées à elles-mêmes, le RAID n’est toujours pas là. Les victimes encore en vie tentent de s’échapper dans une tension qui est à son maximum. Les premiers renforts de la BAC départementale arrivent enfin sur place pour prêter main forte à leur collègues mais ils peinent à faire leur premier compte-rendu car le système de communication par radio ne fonctionne pas.

D’autres terroristes s’engouffrent dans la tour Total Michelet

L'exercise de sécurité dans le quartier de La Défense dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre 2016 - Yves Malenfer / Ministère de l'Interieur

L’exercise de sécurité dans le quartier de La Défense dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre 2016 – Yves Malenfer / Ministère de l’Interieur

Quarante-cinq minutes après le début de l’attaque sur le parvis, deux autres terroristes cagoulés et armés font irruption dans le hall de la tour Total Michelet. Le personnel d’accueil du building est le premier à subir l’attaque et se fait tuer. Les assaillants courent dans les couloirs du gratte-ciel en tirant sur toutes les personnes qu’ils croisent avant de se retrancher là aussi avec des otages dans l’auditorium.

A 2 heures le RAID arrive enfin à La Défense et pénètre dans la tour Michelet et le centre commercial après avoir étudié les lieux sur des plans et optent pour une stratégie. Dans le centre commercial des 4 Temps le terroriste menace de tuer une jeune otage si la police intervient. Prudent le RAID envoie alors un petit robot équipé d’une caméra qui peut vaporiser un gaz neutralisant des explosifs. Au même moment à la tour Michelet quelques otages parviennent à prendre la fuite pendant que les premiers secouristes tentent d’intervenir avant de rebrousser chemin car la zone n’est pas sécurisée.

Vers 2h45, l’un des deux terroristes de la tour Michelet sort de l’auditorium en criant “Allahou Akbar”. Il est immédiatement abattu par les forces de police. C’est enfin l’intervention du RAID. La seconde colonne d’intervention pénètre par la porte arrière et abat le deuxième assaillant. Simultanément, l’autre équipe du RAID lance une intervention au Go Sport, tue le terroriste et libère les otages.

Un bilan sera dressé par la préfecture

L'exercise de sécurité dans le quartier de La Défense dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre 2016 - Yves Malenfer / Ministère de l'Interieur

L’exercise de sécurité dans le quartier de La Défense dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre 2016 – Yves Malenfer / Ministère de l’Interieur

Enfin un dernier terroriste s’apprête à se faire exploser au pied de la Grande Arche mais il est neutralisé par les forces de l’ordre qui mettent fin à l’opération heureusement fictive.

Viennent alors les pompiers, médecins,… qui doivent s’occuper des dizaines de blessés en les triant en fonction de la gravité afin de les évacuer vers des  “hôpitaux de campagne” ou différents centres hospitaliers de la région.

Si ce nouvel exercice a permis de mettre en simulation les différents services de police, secours, municipaux et de Defacto sans compter les autres acteurs du quartier, il a pu révéler plusieurs failles qui seront analysées durant les prochaines semaines par la préfecture.

Le préfet des Hauts-de-Seine, Pierre Soubelet au centre de la photo - Yves Malenfer / Ministère de l'Interieur

Le préfet des Hauts-de-Seine, Pierre Soubelet au centre de la photo – Yves Malenfer / Ministère de l’Interieur