Comment elle a empêché un attentat à La Défense

Le témoin clé qui a permis de localiser Abdelhamid Abaaoud planificateur présumé des attentats du 13 novembre à Paris, a livré pour la première fois son témoignage à la radio RMC. La femme qui a évité un très probable nouveau carnage raconte notamment que le terroriste et son complice prévoyaient d'attaquer le centre commercial des 4 Temps, le commissariat de La Défense ainsi qu’une crèche.

Abdelhamid Abaaoud en Syrie - DR

Après les attentats du 13 novembre le procureur de Paris Francois Molins l’avait confirmé dans une conférence de presse le 24 novembre : La Défense devait être la cible de nouveaux attentats en France quelques jours à peine après ceux de Paris et du Stade de France. Mais François Molins n’était pas vraiment rentré dans les détails de cette attaque déjouée expliquant seulement que les lieux privilégiés par Abdelhamid Abaaoud et son complice étaient le centre commercial des 4 Temps ainsi que le commissariat de police. Pour se fondre dans la masse les deux hommes avaient alors prévu de s’habiller en “costard cravate”.

Plus de deux mois après ces révélations un témoin clé a apporté plus de détails. Et c’est grâce à elle qu’un nouveau carnage a très probablement été évité dans le quartier d’affaires. Cette femme, dont le nom a été changé en “Sonia” a de sa propre initiative contacté la rédaction de RMC qui a recueilli son témoignage.

Deux jours après les attentats tragiques, le 15 novembre Sonia se trouve avec son amie Hasna Ait Boulahcen lorsque celle-ci reçoit un appel provenant d’un numéro belge. On lui donne alors des instructions pour récupérer une personne sur une zone industrielle d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), en contrebas de l’autoroute. Cette personne n’est d’autre qu’Abdelhamid Abaaoud, le planificateur présumé des attentats du 13 novembre. Les deux femmes découvrent alors l’homme vêtu d’un bob, d’un blouson de type bombers et de baskets avec un large sourire. Intriguée Sonia lui demande alors : “Vous avez participé au 13 novembre ?” Abaaoud lui rétorque : “Les terrasses, c’est moi”.

Quand la jeune femme lui signale qu’ils ont tué des gens et des innocents, le bourreau lui répond : “Non, ils ne sont pas innocents. Faut regarder ce qui se passe chez nous en Syrie” dit-il avec fierté, selon Sonia.

L’homme le plus recherché d’Europe se livre en évoquant d’autres projets terroristes en France et demande à Hasna Ait Boulahcen de lui trouver une planque, deux costumes et deux paires de chaussures. Sonia explique alors avoir voulu raisonner Hasna Ait Boulahcen en prévenant la police. Mais la cousine du terroriste refuse “Non, c’est mon cousin, il faut comprendre, il va terminer son travail et puis il va partir”.

Sonia retrouve par la suite Hasna Ait Boulahcen, qui a revu son cousin et lui a trouvé une planque au fameux 8 rue du Corbillon à Saint-Denis. La cousine Abaaoud lui indique “en pleure” qu’il “va mourir” et lui donne les cibles qu’il a prévu d’attaquer le jeudi, sans doute avec un complice. Il s’agit du centre commercial des 4 Temps, du commissariat de La Défense ainsi que d’une crèche.

Entretemps Sonia a composé le 197, le numéro d’urgence mis en place après les attentats pour prévenir les autorités du plan d’Abaaoud.

Le lendemain de ce témoignage clé l’assaut est donné dans la nuit à l’adresse de la planque d’Abdelhamid Abaaoud où se trouvaient à ses côtés Hasna Ait Boulahcen et Chakib Akrouh. Tous trois ont été tués lors de l’intervention particulièrement violente. Au même moment Jawad Bendaoud, dit “le logeur de Daesh” est arrêté à proximité des lieux juste après avoir donné une interview à BFMTV où il expliquait qu’il avait logé le trio “sans savoir” qu’ils étaient des terroristes.