Les raffineurs de Dunkerque manifestent de nouveau devant les tours Total

La manifestation Total

Entre 300 et 400 personnes, principalement des salariés de la raffinerie de Total à Dunkerque ont manifesté le lundi 8 mars 2010 devant les deux tours de La Défense. Les premiers salariés acheminés par cars se sont rassemblés dès 11h devant la tour Total Michelet où se tenait le comité central d’entreprise qui allait décider du sort des employés de la raffinerie des Flandres. Les manifestants sont restés rassemblés pendant deux heures.

Des salariés de Continental, Téléperformance, Exon Mobil mais également quelques travailleurs sans papiers se sont mêlés au mouvement.

Les manifestants se sont rendus à 14h20 en cortège à l’autre tour Total qui abrite la direction générale situé à la Coupole. Après l’annonce par Total de la fermeture de la raffinerie, la direction de Total a annoncé le maintien des 370 emplois grâce à la création d’un dépôt, d’un centre de formation et d’un centre technique ainsi que des reclassements. Le dépôt logistique emploierait 15 personnes, les centres de formation et d’assistance technique au raffinage environ 225. Les salariés se verront proposer 80 postes dans d’autres raffineries, 30 postes dans d’autres structures de Total en France et 20 salariés pourront bénéficier de «fins de carrières anticipées», a indiqué un porte-parole du groupe pétrolier.

« Le compte n’y est pas » déclarent les salariés. «Nous espérons toujours quelque chose de concret, même si en même temps on n’ attend plus grand chose des dirigeants», a déclaré Vincent Weisbecker employé sur le site de Dunkerque à l’AFP.

Contrairement à la manifestation du 1er février qui s’était déroulée dans le calme, les forces de l’ordre très nombreuses, environ 150 selon une source policière, n’ont pas laissé rentrer les manifestants dans le hall de la tour. Des heurts ont alors éclaté devant les portes face à ce refus : La porte « tambour » ainsi que trois autres portes vitrées ont été brisées sous les coups de pieds de manifestants très remontés. Certains grévistes ont pu pénétrer dans le hall de la tour en criant « ici c’est chez nous », avant d’être très rapidement repoussés par les CRS qui on utilisé des bombes lacrymogène pour les repousser vers l’extérieur.

« Si on nous avat laisser rentrer il n’y aurait pas eu de débordement » s’insurge un manifestant de Total.

Après 45 minutes de tensions, les manifestants se sont redirigés en petits groupes vers Michelet pendant une heure, pour ensuite retourner à la Coupole, où ils ont opté pour un rassemblement plus calme, en s’asseyant notamment au pied des CR; un jet de lacrymogène a tout de même été lancé après une petite bousculade.

L’ensemble des manifestants ont quitté La Défense par cars à partir de 17h00.

Philippe Wullens délégué Sud chez Total, n’exclut pas de durcir le mouvement, et de se rendre à nouveau à La Défense.