Les Plumés et les AFC 92 protestent contre la politique familiale au pied de la Grande Arche

Ils en ont assez et se disent être "plumés". Environ 150 personnes ont protesté au pied de la Grande Arche dans la journée de dimanche contre la politique familiale menée par le gouvernement.

La manifestation des Plumés et des AFC 92 le dimanche 23 novembre 2014 - Defense-92.fr

Quelques poussettes installées sur les marches de la Grande Arche, trois grandes banderoles et une sono puissante. Environ 150 personnes ont répondu à l’appel du collectif des plumés et des AFC 92 (Association des Familles Catholiques), dimanche 23 novembre à 14h30 pour protester contre la politique familiale menée ces derniers mois par le gouvernement. Les organisateurs qui ont lancé ce rassemblement simultanément dans de nombreuses villes de France dont à La Défense, entendaient dénoncer la suppression du quotient familial, la fin de l’universalité des allocations familiales et le passage de trois ans à deux ans du congé parental.

Des mesures qui font bondir le collectif des plumés qui dénonce avec les AFC une attaque à la famille et plus particulièrement envers les familles nombreuses.

Sur le Parvis, au pied de l’Arche Anne-Claire est venue en famille, avec son mari et ses deux enfants. La femme habitante de Puteaux, est furieuse « C’est scandaleux que l’on veuille réduire les allocations familiales » explique t-elle. Et elle a fait ses calculs « Avec mon mari nous gagnons 6 000€ par mois, si nous avons un troisième enfant nous auront 70€ d’allocation en moins et ce sans compter la baisse du quotient familial » clame t-elle.

Sur le site internet de la fédération AFC du département des Hauts-de-Seine, les responsables ont dénoncé la politique du gouvernement qui va, selon eux, à l’encontre et stigmatise les familles nombreuses « bourgeoises » françaises. « En fait, il semblerait que pour (le gouvernement, ndlr), le fait d’avoir une famille nombreuse est un choix purement personnel, tout juste excusable » s’offusque l’association, qui estime en revanche que les familles nombreuses d’immigrés auraient elles, des « circonstances atténuantes » car se serait dans leur« culture ».