Des salariés d’Itron manifestent sur la place de La Défense pour défendre leur emploi

Un peu plus d’une cinquantaine de salariés de la société Itron se sont rassemblés à La Défense le jeudi 16 avril pour protester contre un plan social qui touche 137 salariés en France.

Les manifestants d'Itron à La Défense le 16 avril 2015 - Defense-92.fr

Tous vêtus d’un tee-shirt vert pomme, environ une cinquantaine de salariés d’Itron, société spécialisée dans la fabrication de compteurs, se sont rassemblés sur la place de La Défense ce jeudi 16 avril entre 10h et 14h. Venus de Poitiers, les manifestants entendaient protester contre un plan social mis en place par la direction de leur entreprise. La société américaine compte supprimer 681 postes dans le monde dont 465 en zone EMEA (Europe, Afrique et Moyen-Orient) sur les 8 000 emplois. En France, le plan prévoit la suppression de 137 postes sur les sites de Chasseneuil-du-Poitou, Issy-les-Moulineaux, Mâcon, Massy et Reims dont 124 sur le site de Chasseneuil-du-Poitou, qui conçoit et produit des compteurs électriques et logiciels associés.

Ce plan prévoit la délocalisation des lignes de production de la gamme Commercial & Industriel (compteurs haut de gamme à forte marge), aujourd’hui part importante du chiffre d’affaires du site, vers le site Itron de Gödöllö en Hongrie ainsi que la fermeture de son laboratoire accrédité. « Ce plan est remarquable par le fait qu’il touche essentiellement des fonctions cadres et ingénieurs et va de ce fait entraîner la perte d’un savoir-faire clé pour la filière industrielle française des réseaux intelligents, dits Smart Grid » explique l’intersyndicale dans un communiqué.

Parmi les arguments avancés pour cette restructuration qui fait suite à deux autres en 2011 et 2013, la Direction de l’entreprise avance la baisse du chiffre d’affaires dans le segment électricité de 400 millions de dollars entre 2011 et 2013. Une diminution du chiffre d’affaires que reconnaît l’intersyndicale mais qui précise que « Ce sont 339 millions de dollars qui ont été perdus en Amérique du Nord » et ajoute que le chiffre d’affaires « a cru de 25 millions de dollars en zone EMEA, zone la plus touchée par le plan de 2015 ».

Les salariés comprennent d’autant moins ce plan social que leur groupe a remporté 40 % du marché de la fabrication de Linky, le  nouveau compteur communiquant destiné à ERDF soit un volume d’1,2 millions d’appareils, alors même qu’il ne s’agit que de la première phase du projet, pour lequel est prévu le déploiement de 35 millions de compteurs d’ici à 2021. « Ce contrat record a valu aux employés du site d’être chaudement félicités par leurs directions locale et globale ainsi que par le client » précise l’intersyndicale.

Et contrairement à la plupart des manifestations où sont brandis les logos des organisations syndicales, les salariés d’Itron ont préféré mettre en avant leur mascotte: un âne… Ils ont réalisé un baudet (une espèce d’âne de la région du Poitou) en taille réelle, fabriqué en styrodur pour exprimer leur refus à ce plan social. « Contrairement à certaines représentations issues de la culture populaire, l’âne, et plus particulièrement le baudet du Poitou, est un animal très intelligent. C’est un animal qui travaille dur mais qu’il est difficile d’emmener là où il n’estime pas devoir aller. Sa force de caractère, son humilité et sa patience représentent notre combat » explique les salariés.

Les manifestants venus avec deux cars ont débuté leur journée par un rassemblement devant l’Assemblée Nationale avant de se rendre à La Défense, lieu où plusieurs entreprises clientes d’Itron ont leurs bureaux dont EDF, ERDF et GDF Suez. Le groupe a poursuivi sa journée en se rendant devant le siège français d’Itron à Issy-les-Moulineaux (Où a été reçu une délégation) puis l’a terminée devant le Senat.