Depuis les attentats La Défense est sur la défensive

Après les actes terroristes qui ont touché la France, La Défense est sur ses gardes. De nombreuses mesures sécuritaires ont été mises en place pour prévenir d'éventuels nouveaux actes.

Des militaires en patrouille sur le Parvis de La Défense - Defense-92.fr

Depuis les actes terroristes qui ont frappé la France les 7, 8 et 9 janvier dernier, la sécurité est montée d’un cran à La Défense comme partout dans la région parisienne. Depuis le passage de la région du plan vigipirate en « alerte attentat », les mesures sécuritaires ont été largement renforcées dans le quartier. Et cela est visible un peu partout.

Aux 4 Temps et au CNIT, les deux centres commerciaux de La Défense, des fouilles de sacs sont organisées de manière régulière aux entrées. Au pied des tours et immeubles de bureaux a fleuri le logo du plan vigipirate « Alerte attentat » avec là aussi des fouilles de sacs et des mesures de contrôles renforcés. Le commissariat de La Défense est également sur ses gardes. Visées directement par les terroristes, les forces de l’ordre doivent désormais se protéger elles- mêmes. Comme devant tous les autres commissariats de la région, des fonctionnaires lourdement armés montent la garde et contrôlent systématiquement ceux qui souhaitent y entrer.

Et vu le contexte mieux vaut ne pas oublier sacs, bagages ou colis. Depuis les événements à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher à Vincennes (94) plusieurs alertes à la bombe ont été déclenchées dans le quartier. Dernière en date ou les services de déminage sont intervenus, le vendredi 16 janvier vers 20h sur les quais du RER A à La Défense. Alerte qui a causé une belle pagaille avec d’importantes perturbations. Autre pagaille le 9 janvier avec une évacuation du CNIT après qu’un sac fut abandonné. Dans chacun des cas il s’agissait d’une fausse alerte, mais dans le doute et compte tenu du plan vigipirate à son niveau le plus élevé « Alerte Attentat », un appel aux démineurs et une évacuation des zones concernées sont systématiquement pratiqués.

Pour surveiller La Défense les patrouilles de police ont été renforcées. Les militaires qui étaient en patrouille dans le quartier depuis plusieurs années sont comme partout en Ile-de-France encore plus visibles. Ce sont en tout plus de 6 000 soldats qui sillonnent désormais la région, soit dix fois plus qu’avant les attentats.

Chez Defacto, l’établissement de gestion de La Défense, le service de sécurité est depuis les attentas également sur le qui-vive avec là aussi des patrouilles des équipes de sécurité renforcées.

Ce plan Vigipirate renforcé sera maintenu « aussi longtemps » que le « risque prévaut », a indiqué vendredi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. « Nous avons vocation à le poursuivre aussi longtemps que nous serons dans le contexte de risque qui prévaut », a déclaré le ministre.