Les chocolats Lindt s’affichent sur la bâche géante du Calder

Pendant quinze jours l'œuvre Calder, en cours de restauration est recouverte par une grande bâche publicitaire pour le chocolatier Suisse Lindt.

La grande bâche publicitaire pour Lindt qui recouvre le Calder durant sa restauration - Defense-92.fr

Après trois mois d’affichage pour le Zoo Parc de Beauval et le Château de Chambord, la grande bâche publicitaire, qui recouvre l’Araignée Rouge de Calder durant sa restauration, a pris les couleurs depuis le mardi 20 septembre du chocolatier Lindt pour une quinzaine de jours.

Depuis la fin du printemps la grande œuvre du célèbre artiste Calder est ainsi cachée sous les échafaudages formant un grand cube qui est habillé d’une bâche, de 1 500 mètres carrés, mi-décorative, mi-publicitaire. Durant toute la durée de la restauration de la sculpture datant de 1976 qui est implantée sur la place de La Défense, Defacto, l’établissement public de gestion du quartier a opté pour la recouvrir d’une publicité afin de financer en partie les 200 000 euros de travaux.

Une bâche publicitaire pour Lindt de 720 mètres carrés

Confié à la régie Athem -qui commercialise les façades du Cnit et des 4 Temps-, la bâche en PVC est décorée sobrement à partir d’une autre œuvre de l’artiste “Le Stabile-Mobile”. “L’idée c’était de reprendre les pétales du Stabile-Mobile de Calder” explique- t-on chez Athem. La partie publicitaire de 720 mètres carrés est, elle recouverte d’une grande publicité sur les trois faces du cube, pour le confiseur suisse qui souhaite faire la promotion de ses nouvelles billes de chocolat fourrées à la myrtille & açaï, à la grenade et à la framboise & cramberry. Enfin une présentation de l’œuvre est faite au pied de la bâche.

Cette grande bâche publicitaire qui est une première sur le domaine public pour le quartier de La Défense, bénéficie d’une très forte visibilité pour des dizaines de milliers de passants quotidiens.

D’ici la fin de la restauration du Calder au début de l’automne, d’autres annonceurs devraient se succéder sur cette bâche. Quant à l’ancienne bâche elle sera en grande partie recyclée tandis qu’une autre partie, -celle pour le Château de Chambord- connaitra une deuxième vie en étant transformée en sacs.