Le tribunal rejette les recours contre les permis de démolir des Damiers

L'ensemble des Damiers Infra Bretagne et Anjou

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté le 23 juillet dernier les très nombreux recours visant à faire annuler les huit permis de démolir des bâtiment des Damiers Infra, Anjou et Bretagne. Les permis de démolir avaient été attaqués par l’ASL (Association Syndicale Libre), les deux syndics des Damiers Champagne et Dauphiné, la pharmacie des Damiers, le restaurant des Feuillantines et l’association Vivre à La Défense.

Tout n’est pas pour autant réglé pour le promoteur Hermitage qui projette d’ériger ses tours à la place des Damiers. Le promoteur Russe doit toujours trouver un terrain d’entente avec l’ASL pour avoir le droit de lancer la démolition des trois bâtiments. Sans compter que les requérants déboutés devraient, sans surprise, faire appel de la décision du tribunal de Cergy-Pontoise. Enfin le promoteur devra régler la multitude de recours contre les trois permis de construire d’Hermitage Plaza. Mais sur ce point, Emin Iskenderov a toujours déclaré qu’il les balaierait d’un revers de main et qu’il lancerait la construction sans attendre les jugements.

« Cette décision prouve, à nouveau, que la justice ne donne pas raison aux recours abusifs fondés sur des motivations financières. Reste que ces procédures judiciaires font perdre de l’énergie et du temps au Groupe Hermitage » déclare le promoteur.