Le promoteur de l’Arena 92 toujours face à un recours

Le stade Arena 92

Dans les prochaines semaines il ne devrait en rester plus qu’un. L’association Acri-Liberté qui avait déposé un recours visant à faire annuler le permis de construire de l’Arena 92 devrait le retirer dans les prochains jours ou semaines. Parmi les exigence d’Acri-Liberté pour motiver son recours : la mise en double sens de la RD 914 du pont de la D 131 jusqu’au boulevard circulaire et le maintien du parc des jardins de l’Arche. Deux exigences que l’association à réussi à obtenir auprès du département, de la ville de Nanterre et de l’EPADESA. Le département devrait ainsi mettre à double sens ce tronçon de départementale en élargissant la chaussée sur les voies de la SNCF, décalant ainsi la gare de Nanterre La Folie d’Eole de quelques mètres.

« Pour lever notre recours nous attendons que les trois engagements actés de l’EPADESA, de la mairie de Nanterre et du département, nous reviennent » explique Bernard Peraudin le président d’Acri-Liberté qui se dit satisfait des avancées. Les trois documents devraient être validés et présentés à l’association rapidement.

Une bonne nouvelle pour le Racing, mais reste une autre épine dans le pied pour le club de rugby des Hauts-de-Seine. L’autre association, « GAP » (Groupe d’action et de proposition pour l’aménagement de Nanterre) dépositaire d’un recours gracieux en mai dernier a annoncé que suite à son rejet par la préfecture des Hauts-de-Seine elle venait de déposer un recours contentieux auprès du Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise.

GAP qui ne s’oppose pas au projet en lui-même ni à son aménagement s’inquiète toujours pour le bruit qui sera engendré pendant l’exploitation du complexe. L’association de Nanterre exige pour lever son recours la présentation d’une étude complète et détaillée sur le bruit prévisible pendant les rencontres sportives, concerts et autres événements dans le complexe et surtout à l’extérieur sur le parvis. En fonction des résultats de l’étude qu’elle exige l’association déclare qu’elle lèvera ou non son recours contentieux.

« On leur a donné tous ce qu’ils demandaient, on leur a expliqué des choses » explique Pascal Simonin qui relativise « c’est clair que s’ il y a 30 000 spectateurs on ne va pas mettre une bulle ». Le responsable du projet pour le Racing déclare toutefois continuer les discussions avec l’association GAP en espèrant trouver rapidement un terrain d’entente.

« Le bruit engendré par les spectateurs à l’extérieur de l’Arena, seront ceux d’une foule rassemblée pour tout événement de ce type. Je pense notamment à Parades, à la Ferme Géante ou à la fête de la musique, qui réunissent chaque année des dizaines de milliers de personnes dans les rues de Nanterre, et je suis certain qu’il ne vous viendrait pas à l’idée de demander l’interdiction de ces événements au motif qu’ils feraient trop de bruit » déclare le maire de Nanterre, Patrick Jarry qui défend le projet de l’Arena 92 dans un courrier adressé à l’association GAP.

Le projet qui buttait aussi sur d’autres recours déposés par Unibail-Rodamco devrait être régle dans les prochains jours. Le propriétaire des Quatre Temps et du CNIT demandait au Racing que ses parkings ne soient pas exploités par les spectateurs les jours d’événements et de matchs. Les spectateurs devront finalement se garer dans les autres parkings de La Défense comme celui de la Coupole et du Centre.

Pascal Simonin maintient cependant qu’il ne lancera aucun travaux tant que tous les recours n’auront pas été purgés, bien que ceux-ci ne soient pas suspensifs.