« Le Grand Paris » rencontre les acteurs économiques des Hauts-de-Seine

"Le Grand Paris" rencontre les acteurs économiques des Hauts-de-Seine

Les dirigeants de la Société du Grand Paris avaient donné rendez-vous aux acteurs économiques du département des Hauts-de-Seine pour y présenter le tracé et les grandes lignes du « Grand Paris Express ».

Dans une salle de la préfecture de Nanterre, des dirigeants et responsables d’immobilier d’entreprise des Hauts-de-Seine ont répondu présent à l’appel d’André Santini, président de la SGP et Etienne Guyot président du directoire de la SGP.

Concernant La Défense, le quartier devrait accueillir d’ici 2020 à la station Grande Arche Cœur Transport, une station de ligne rouge qui entourera la Petite-Couronne de Paris, probablement sous les Quatre Temps. La station sera en correspondance avec les lignes A et E du RER, 1 du métro, 2 du Tram, L et U du Transilien et des lignes de bus.

Parmi les nombreuses remarques et questions de l’assemblée présente ce lundi 6 février 2012, un responsable d’entreprise a pointé du doigt la difficulté de se retrouver en voiture à La Défense et espère qu’il y aura des connexions entre les deux modes de transports.

Jean-Yves Durance président de l’AUDE (Association des Utilisateurs de La Défense) a rappelé le problème de desserte de l’Esplanade de La Défense et la saturation de l’unique station de métro de la ligne 1. Le président de l’association espère voir la création d’un moyen de transport « intra-Défense- entre la station Cœur-Transport et la station Esplanade de La Défense.

Une grande partie des acteurs économique présents lors de la réunion se disaient satisfaits par les tracés du Grand Paris et l’implantation des stations. Ils exprimaient y voir une véritable amélioration pour leur collaborateurs et la valorisation de leurs bureaux.

L’enquête publique pour le tronçon rouge de La Défense devrait être organisé entre décembre 2012 et avril 2013 avec un démarrage des premiers coups de pioche en 2014. »Nous aurons des recours, il nous faut un dossier solide » explique Etienne Guyot en estimant que sur 5 500 parcelles à acquérir pour l’ensemble du projet du Grand Paris Express, 90%des mutations se feraient à l’amiable.