L’Arena 92 ne fait plus l’objet d’aucun recours

Le stade Arena 92

C’est « une épine dans le pied » que le Racing Métro 92 vient enfin de se  retirer concernant son projet de l’Arena 92. L’association GAP (Groupe d’action et de proposition pour l’aménagement de Nanterre) vient de lever son recours. « Nous avons envoyé aujourd’hui un courrier au tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) pour nous désister de notre recours contentieux », a affirmé à l’AFP Michel Parent, le président de l’association.

L’action lancée par l’association en mai 2012 visait à faire annuler le permis de construire en raison d’une « insuffisance des études de bruit » qu’occasionneraient notamment les futurs spectateurs et qui pourrait gêner les riverains, selon le Gap.

L’association de Nanterre a réussi a obtenir de la mairie de Nanterre, de l’Epadesa et bien sûr du Racing 92 des garanties à ce sujet, en signant récemment un protocole d’accord.

Selon Michel Parent, un fonds a été créé pour permettre de « corriger » les éventuels problèmes acoustiques causés par la fréquentation de l’enceinte culturelle et sportive.

L’Arena 92, porté par le Racing Métro 92 est un complexe, qui doit s’installer derrière la Grande Arche dans le nouveau quartier des Jardins de la Défense. L’équipement offrira 32 000 places en mode concerts et spectacles et 40 000 en mode stade. Le projet comprend également 33 000 m2 de bureaux et de commerces, dont la boutique du club, une brasserie et un restaurant gastronomique.

Son coût total est estimé à 320 M€. Programmé pour être livré à l’origine en 2014, le projet a été retardé notamment par des recours dont ceux d’Unibail-Rodamco et de l’association Acri-Liberté. « Si on veut pouvoir livrer comme on l’espère fin 2015, il faut commencer (ndlr, les travaux) avant la fin de l’année », avait déclaré en octobre 2012 le président du Racing-Métro, Jacky Lorenzetti. Mais depuis le dépôt des recours la conjoncture économique a changé et les financements de l’équipement du club de rugby des Hauts-de-Seine se sont fragilisés. Récemment l’homme fort du Racing avait expliqué que son projet avait 80% de chances d’aboutir.