Encore plus d’eau de la Seine pour refroidir les bureaux de La Défense

Face à la construction de nouvelles tours ajoutant des centaines de milliers de mètres carrés de bureaux supplémentaires, les installations qui alimentent les climatisations des bureaux de La Défense vont devoir être augmentées.

L'une des deux prises d'eau dans la Seine - Defense-92.fr

La construction de nouvelles tours dans le quartier implique forcement plus d’espace à climatiser. D’après une étude du cabinet Bief, la consommation de la climatisation à La Défense va augmenter de 50 % dans les huit ans à venir. Pour répondre à cet accroissement de la demande, la Société Urbaine de Climatisation (SUC) partageant l’alimentation en eau froide de La Défense avec Enertherm et qui a en charge la partie Est du quartier, soit 1 million de mètres carrés représentant un tiers des bureaux va augmenter la puissance de ses équipements. La filiale de Dalkia, elle-même filiale d’EDF va dans les prochains mois réaliser des travaux sur ses installations pour augmenter le pompage de l’eau dans la Seine à 20 000 m3/heure contre actuellement 12 000 m3/h en quantité maximum. Opérationnelle depuis 1991, l’installation de pompage -située sur la rive gauche juste après le pont de Neuilly- permet d’envoyer l’eau du fleuve grâce à une canalisation, à deux centrales de refroidissement (l’une dite « Alsace » qui est située sous la tour Prisma et la seconde en amont dans le quartier Gambetta proche de la caserne de pompiers) après être passée par une unique station de pompage actuellement en reconstruction (dans le cadre du projet Hermitage Plaza) au pied de la tour Neptune, le long du quai Président Paul Doumer. Une fois utilisée l’eau est rejetée dans la Seine à l’aide d’une seule canalisation. Le projet de la SUC prévoit de construire une deuxième canalisation pour que les deux sites de production soient indépendants l’un de l’autre. Une autre canalisation pour l’évacuation de l’eau de la centrale Gambetta sera créée avec la construction d’un nouvel ouvrage de rejet dans la Seine. Le chantier permettra également la modification d’une unité et le changement total de l’autre.

Le chantier estimé à 28 M€ doit débuter au début de l’année 2016 et s’achever en octobre 2017. Les nouvelles installations devraient alors entrer en fonction à la mi-2018.

L’eau rejetée ne dépassera pas les 30° et ne subit aucun traitement chimique, explique le rapport du bureau d’étude Bief qui précise qu’en conditions hivernales, le rejet est suffisamment diffus pour ne pas impacter la température de la Seine.

Pour ce projet une enquête publique a été lancée depuis le 20 avril et se terminera le 26 mai prochain. Le public peut consulter aux mairies de Courbevoie et Levallois-Perret le dossier d’un peu plus de 300 pages pour donner son avis. Le commissaire enquêteur assurera une permanence à la mairie de Courbevoie les jeudi 7 mai, mercredi 20 mai et mardi 26 mai entre 14h et 17h.

Le réseau SUC de La Défense - DR

Le réseau SUC de La Défense – DR