Patrick Jarry pointe du doigt le financement de Defacto

Logo de Defacto

Le maire de Nanterre, Patrick Jarry dénonce dans un communiqué l’inscription au budget du Conseil Général des Hauts-de-Seine d’une participation de 9,27 M€ à l’établissement Defacto.

Le maire a dénoncé au moment du vote le choix de faire payer « tous les habitants des Hauts de Seine » pour l’entretien et la gestion du quartier de La Défense. « Si la gauche arrive au pouvoir (ndlr : des élections présidentielles), elle va découvrir une impasse financière de l’ordre de 400 millions d’euros de travaux de maintenance des espaces publics non provisionnés ! » déclare Patrick Jarry.

Le maire de Nanterre propose pour sa part un financement de trois fois 1/3 répartis de la façon suivante :

– 1/3 à la charge des deux communes de Puteaux et Courbevoie.
– 1/3 à la charge des propriétaires des tours et des immeubles.
– 1/3 pris sur le développement de la Défense. Sur ce dernier point le maire de Nanterre semble mettre de l’eau dans son vin en déclarant « qu’il ne s’agit pas de bloquer tout nouveau projet ».

« Je pense que le Conseil General aurait intérêt à travailler sur des propositions de cet ordre. Je le dis avec d’autant plus de conviction que l’engagement du département dans DEFACTO est grand. Sans solution d’avenir, le département des Hauts de Seine sera d’une manière ou d’une autre impliqué dans la question du déficit de la Défense » s’offusque le maire de Nanterre.

Actuellement le fonctionnement de l’établissement est financé par le Conseil Général des Hauts-de-Seine, les villes de Puteaux et Courbevoie, les parkings publics confiés en concession à Vinci Park (SEPADEF), les opérations publicitaires,…