L’opposition demande la démission d’Eric Cesari

Jean-André Lasserre demande la démission d'Eric Cesari de ses mandats municipaux et intercommunaux suite à sa mise en examen dans l’affaire « Bygmalion » pour faux et usage de faux et abus de confiance.

Eric Cesari - Defense-92.fr

Après cette mise en examen dans l’affaire « Bygmalion », l’opposition de Courbevoie demande la démission d’Eric Cesari de tous ses mandats municipaux et intercommunaux. Dans un communiqué Jean-André Lasserre demande à l’ancien responsable de l’UMP actuel adjoint au maire de Courbevoie de quitter l’ensemble des fonctions qu’il exerce à la mairie. Eric Cesari est l’adjoint de Jacques Kossowski, en charge du développement territorial et solidaire mais également président de l’intercommunalité de Puteaux et Courbevoie « Seine-Défense », et membre du conseil d’administration de l’Epadesa et de Defacto.

L’élu de gauche, souhaite voir partir son rival de droite. «Les affaires de la commune et de l’intercommunalité exigent des élus présents, actifs et dédiés à leurs fonctions » estime Jean-André Lasserre pour qui la succession à la tête de la communauté Seine-Défense devrait pouvoir « être assurée » parmi les quatorze vice-présidents UMP de la Communauté d’agglomération.

Les élus du Front National ont également demandé le départ d’Eric Cesari. « La récente mise en examen de monsieur Eric Cesari […] ne doit ni affecter la vie municipale de Courbevoie ni l’intercommunalité » déclare Floriane Deniau, l’élue « Bleu Marine » de Courbevoie qui estime qu’Eric Cesari doit « maintenant assurer sa défense dans l’affaire Bygmalion ».

Depuis sa création en juin dernier, le conseil d’intercommunalité « Seine-Défense » n’a été réuni qu’une seule fois et a été reporté du 6 au 10 octobre.