L’EPADESA sort du silence et réagit au possible changement de directeur

La Défense Seine-Arche

L’établissement d’aménagement de La Défense Seine-Arche a réagi à une possible nomination d’un nouveau directeur en réfutant toute accusation sur des problèmes de gestion financière liées à ses comptes.

« Sur la situation financière de l’établissement, le compte financier 2011 (celui de 2012 est en cours d’exécution), fait apparaitre : un résultat net comptable excédentaire de 3,544 M€, un excédent de trésorerie de 75,796 M€ et une capacité d’autofinancement de 16 744M€ affirme l’établissement. Les risques, charges et engagements de l’Etablissement chiffrés sont provisionnés à hauteur de 316M€ ». L’établissement rappelle même que ce compte financier a été approuvé par le Conseil d’administration en sa séance du 13 avril 2012.

Dans un communiqué l’EPADESA souligne que l’établissement ne fait l’objet d’aucune subvention publique et s’autofinance en totalité en précisant en revanche que comme tous les autres établissements publics de l’Etat, il bénéficie de la garantie de l’Etat « Ce qui lui donne un avantage concurrentiel sur les autres quartiers d’affaires mondiaux » déclare l’établissement.

Toujours dans ce même communiqué l’établissement poursuit en se défendant d’avoir créé ou en projet 5 544 logements et 1 291 063m² de programmes tertiaires.

Pour l’EPADESA, La Défense reste une opportunité « Les investisseurs internationaux, partenaires indispensables du développement du territoire, ne s’y trompent pas puisqu’ils représentent 48% des investissements étrangers depuis sa création. Aujourd’hui, l’implication des investisseurs nationaux et internationaux représente plus de 4Mds€, sans compter les propres investissements de l’établissement pour financer la réalisation des infrastructures et des espaces publics. Cette implication des investisseurs prouve la confiance qu’ils ont dans le quartier et dans la gestion de l’EPADESA, confiance d’autant plus remarquable dans le contexte économique actuel »

L’EPADESA estime que ces investisseurs sont créateurs d’emplois de par leurs chantiers, de par leur commande aux architectes, bureaux d’études, paysagistes, urbanistes, fournisseurs de matériaux, transporteurs,… et générateurs de ressources locales.