Le Ministère de l’Environnement voulait « expulser » la société du Toit de la Grande Arche

Le Toit de la Grande Arche

Nous vous le révélions déjà en août 2010, les quatre ascenseurs panoramiques du Toit de la Grande Arche fonctionnent. Cette information jusqu’à là non confirmée l’est désormais. C’est le tribunal de Grande Instance de Nanterre qui l’a constaté le 8 décembre dernier lors d’une audience à Francis Bouvier, président de la société d’exploitation du Toit de la Grande Arche. L’audience du tribunal faisait suite à la demande en référé du Ministère de l’Environnement, propriétaire des lieux de faire expulser la société du Toit de La Grande Arche. Francis Bouvier précise que sa société a signé une convention d’occupation et d’exploitation du Toit jusqu’en 2013. Cette argument a été pris en compte par le tribunal, le 20 décembre 2010; en effet il a estimé qu’il n’y avait pas urgence à mettre dehors la société d’exploitation et a ainsi décidé de renvoyer le dossier au fond… la procédure peut donc prendre plusieurs années, jusqu’à 10 ans voire plus. Pour Francis Bouvier « il n’est pas question d’en rester là » nous explique t-il sans nous donner pour l’instant la stratégie qu’il compte adopter. Francis Bouvier et Philippe Nieuwboug, directeur du musée de l’informatique ont exprimé leur indignation quant aux propos de l’avocat du Ministère de l’Environnement qui considérait la société de la Grande Arche comme « des squatteurs ». Les juges ne l’ont pas suivi comme le confirme l’extrait suivant du jugement « Des documents versés aux débats, ont de surcroit démontré que le Ministère de l’Ecologie […] n’hésitait pas, jusqu’en juin 2010, à s’adresser à la société « Le Toit de La Grande Arche » pour louer une partie des locaux du Toit, reconnaissant ainsi sans trouble apparent ladite société comme un interlocuteur valable et non comme « un squatter » à faire déguerpir sans attendre ». Comme nous vous en parlions dans notre article « Les salariés du Toit de la Grande tous licenciés » du 05 janvier dernier, le seul espoir d’une possible réouverture rapide, serait que Nathalie Kosciusko-Morizet revienne sur la décision de son prédécesseur.

Même si les ascenseurs sont aujourd’hui réparés il ne peuvent être remis en service sans le passage d’une commission de sécurité et de l’accord du Ministère de l’Environnement….