Le maire de Neuilly veut intégrer la gouvernance du futur établissement qui gérera La Défense

Jean-Christophe Fromentin, le député-maire de Neuilly-sur-Seine a exprimé son souhait d'être associé à la gouvernance du futur établissement qui va venir remplacer Defacto et l'Epadesa en janvier 2017.

Jean-Christophe Fromentin le 13 juillet 2016 - Defense-92.fr

Il compte bien avoir son mot à dire. Le député-maire de Neuilly-sur-Seine, Jean-Christophe Fromentin (Divers droite) a réagi à la décision du gouvernement de fusionner l’Epadesa et Defacto pour en confier la gouvernance aux collectivités locales au 1er janvier 2017.

L’édile, qui se réjouit de cette décision, explique dans un communiqué qu’il souhaiterait que sa ville soit intégrée au conseil d’administration de la future structure qui deviendrait « La grande Défense », un concept qui appelle à « une gouvernance élargie, au-delà des seules communes concernées » intégrant les villes limitrophes dont la sienne.

Une grande Défense ouverte aux communes limitrophes

« La Défense est aujourd’hui contrainte dans les limites du boulevard périphérique (le boulevard circulaire, ndlr), elle vit comme un îlot déconnecté de son environnement économique, culturel et social. Ses limites urbanistiques sont aussi celles de sa prospérité » argumente le député qui estime que les entreprises ne veulent plus  » être isolées dans un quartier aseptisé dont l’architecture répond uniquement à des standards internationaux ».

« Je me réjouis également que ce projet coïncide avec l’annonce faite récemment de requalification de l’avenue Charles de Gaulle car le projet « Axe majeur » que nous avions lancé dès 2010, de concert avec La Défense et Paris va dans le sens de cette ambition de repositionner La Défense au cœur de l’axe historique » explique l’élu pour qui le quartier d’affaires « prend ses racines aux Tuileries ».

Actuellement le conseil d’administration de l’Epadesa intègre en plus des six représentants de l’Etat, neuf administrateurs des collectivités locales dont ceux des villes de Puteaux, Courbevoie, Nanterre, la Garenne Colombes et Paris. Le conseil d’administration de Defacto intègre pour sa part, seulement les représentants des villes de Courbevoie et Puteaux en plus de ceux du département des Hauts-de-Seine.