Joëlle Ceccaldi Raynaud a t-elle caché de l’argent à l’étranger ?

Joëlle Ceccaldi Raynaud

La député-maire UMP de Puteaux Joëlle Ceccaldi Raynaud également présidente de l’EPADESA aurait transféré plus de 4M€ selon le Canard Enchaîné sur un compte au Luxembourg. Cette somme serait liée au marché du chauffage de La Défense.

Le dossier du chauffage de La Défense, aux nombreuses facettes remonte à 1994 lors de l’explosion de l’usine ayant causé la mort de deux personnes. Un nouveau concessionnaire avait été mis en place : Le Syndicat Intercommunal du Chauffage de La Défense (SICUDEF), présidé par Charles Ceccaldi Raynaud alors maire de Puteaux qui avait ensuite confié la gestion à la société Enertherm en 2001 dans des conditions douteuses. La Direction Départementale des Fraudes avait alerté le parquet qui ouvre une information judiciaire le 26 juin 2002 pour « corruption », « trafic d’influence » et « abus de bien sociaux ». L’ex maire de Puteaux sera mis en examen en 2007. En 2009 Charles Ceccaldi Raynaud se défend en accusant sa fille d’avoir profité amplement de la manipulation en touchant des pots-de-vin.

Cet été la fille de Charles Ceccaldi Raynaud, Joëlle en guerre ouverte depuis 2005 avec son père a été entendue comme témoin assisté par le juge en charge des investigations à Nanterre. Ce juge qui ,a été depuis cet été muté à Tahiti ,a estimé convaincantes les explications de la fille qui se défend d’avoir touché un héritage.

D’après le Canard Enchainé il en ressortirait que Joëlle Ceccaldi-Raynaud aurait effectivement ouvert un compte au Luxembourg en 1996. En 2005, le compte contenait ainsi plus de 4M€. Ces comptes portaient également les noms de ses enfants, Emilie et Vincent Franchi. Mais en avril 2009, « les comptes sont brusquement fermés et l’argent est transféré vers une destination inconnue », écrit le Canard.

Le juge a clos son instruction, il ne reste qu’au procureur Philippe Courroye de choisir de s’en tenir là ou d’ordonner qu’un nouveau juge retrace l’origine des fonds de Joëlle Ceccaldi Raynaud.

Suite à l’article paru le mercredi 19 octobre 2011, la maire de Puteaux aurais ordonné à ses équipes d’acheter tous les journaux du Canard Enchaîiné des kiosques de la ville.

La maire a réagi dans un communiqué « J’ai pris connaissance de l’article publié dans l’édition du Canard Enchaîné de ce jour. Sur la forme, je ne peux que m’indigner d’une violation aussi manifeste du secret de l’instruction et j’ai chargé mon avocat d’y donner les suites judiciaires qui s’imposent, l’origine de cette divulgation laissant peu de doute. Sur le fond, j’entends rappeler que le Juge d’instruction, saisi du dossier depuis plusieurs années, a souhaité m’entendre sur des accusations portées par mon père à mon encontre depuis sa mise en examen. Convoquée le 1er août en qualité de témoin assisté, j’ai été longuement entendue par le Juge d’instruction qui a estimé qu’aucun fait ne pouvait m’être reproché. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas été mise en examen, et que le Juge d’instruction a notifié à l’ensemble des parties la fin de l’instruction. J’ai demandé à mon conseil de déposer une plainte en dénonciation calomnieuse. Sur le fond et pour conclure, les faits évoqués dans l’article ont été largement expliqués au Juge d’instruction qui n’a pas remis en cause leur caractère purement privé et non délictuel. Dans cette affaire qui m’est étrangère, je ne puis que regretter le déballage médiatique d’une relation familiale traumatisante pour mes enfants et moi-même, qui me conduit à réfléchir sérieusement à la mise en place d’une mesure judiciaire de protection ».