Les usagers de La Défense pourront donner leur avis sur l’avenir du quartier d’affaires

Le futur établissement Paris La Défense qui entrera en service l’année prochaine sera doté d’un conseil de développement réunissant des usagers du quartier d’affaires. Son rôle ne sera cependant que consultatif.

Des salariés déjeunant près du bassin Takis - Defense-92.fr

Les usagers de La Défense pourront enfin donner un peu plus leurs avis sur le devenir du quartier d’affaires. Adopté ce lundi par l’Assemblée Nationale, le projet de loi donnant naissance au 1er janvier 2018 à « Paris La Défense », le nouvel établissement public issu de la fusion de Defacto (le gestionnaire) et l’Epadesa (l’aménageur) prévoit la création d’un conseil de développement représentant les utilisateurs réguliers des équipements et espaces publics. Il sera ainsi consulté par les membres du conseil d’administration qui seront à grande majorité issus du département des Hauts-de-Seine.

Un conseil d’administration dans lequel la députée En Marche, Christine Hennion (circonscription de Courbevoie-Bois-Colombes-La Garenne-Colombes) aurait bien aimé voir siéger l’Association des Utilisateurs de La Défense (AUDE). Cette proposition n’a pas emballé Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires qui lors du vote de la loi a exprimé un avis défavorable et ce « pour éviter les conflits d’intérêts » en soulignant que par contre cette association aura sa place au futur conseil de développement.

Dans ce conseil consultatif seront donc présents quatre membres de l’AUDE aux côtés des représentants de la Chambre de Commerce, de la Chambre des Métiers, des associations de commerçants, des usagers des transports et des propriétaires d’immeubles (bureaux, habitations et autres catégories).

Les membres de ce conseil se réuniront à une périodicité d’au moins une fois par an qui sera fixée par le futur conseil d’administration.