Marie-Célie Guillaume prend la direction de Paris La Défense

Le conseil d’administration de Paris La Défense a nommé Marie-Célie Guillaume directrice générale de cette nouvelle structure désormais en charge de l’aménagement, la gestion et l’animation du quartier d’affaires.

Patrick Devedjian, le président des Hauts-de-Seine et de Paris La Défense avec Marie-Célie Guillaume, la nouvelle directrice de Paris La Défense le 13 mars 2018 - Defense-92.fr

Elle reste à la tête de La Défense. Sans surprise le conseil d’administration de Paris La Défense (PLD), le nouvel établissement d’aménagement, de gestion et d’animation du quartier d’affaires présidé par Patrick Devedjian (Les Républicains), a désigné ce lundi Marie-Célie Guillaume à la direction générale de l’établissement qu’elle dirigeait déjà par intérim depuis le 1er janvier dernier.

Un quartier que connait très bien cette proche de Devedjian puisque elle a dirigé Defacto, (l’ex gestionnaire de La Défense fusionné avec l’Epadesa) de février 2014 jusqu’à sa disparition le 31 décembre 2017.

Un programme d’investissement de 360 millions d’euros sur dix ans pour l’établissement

« A l’heure du Brexit, nous avons beaucoup d’atouts, mais également des défis considérables à relever pour être au rendez-vous, explique la directrice générale. L’indispensable modernisation des infrastructures du quartier, le développement de nouveaux services pour favoriser la mixité, l’intégration de l’innovation dans l’écosystème de La Défense, mais également dans notre façon de faire notre métier d’aménageur et d’exploitant ».

Deux autres conseils d’administration sont d’ores et déjà programmés avant l’été. Le premier en mai devra préparer le document d’engagement qui définira le programme sur dix ans pour la rénovation des espaces publics. Une enveloppe qui devrait selon Patrick Devedjian être de l’ordre de 360 millions d’euros. Le second rendez-vous sera lui programmé en juin. Et parallèlement, les collectivités locales devront établir le périmètre d’intervention de PLD. Concernant l’aspect « gestion » du quartier il devrait reprendre en tout point l’ancien périmètre historique de Defacto, Patrick Jarry, le maire de Nanterre refusant de confier la gestion d’une partie de sa ville à la nouvelle structure. Pour l’aménagement, si là aussi Patrick Jarry veut conserver la main, l’édile devrait s’entendre avec PLD pour la poursuite du développement des ZAC des Groues et des Terrasses par un système de convention.