Ils s’infiltrent illégalement en pleine nuit sur le chantier de la Grande Arche

Un duo de passionnés d’exploration urbaine a pénétré illégalement en pleine nuit mi-janvier sur le chantier de la Grande Arche.

Adrien alias "AdcaZz" a pénétré sur le chantier de la Grande Arche à la mi-janvier 2017 - DR

C’est une pratique assez répandue chez les passionnés d’exploration urbaine : s’infiltrer (bien souvent illégalement) dans des lieux abandonnés, le métro ou des chantiers. C’est l’exploit qu’a réalisé à la mi-janvier en pleine nuit un duo adepte de cette pratique en pénétrant illégalement dans la Grande Arche, qui fait actuellement l’objet d’une importante restructuration et dont les travaux menés par Eiffage doivent s’achever début avril.

Dans une vidéo de 7 minutes et 33 secondes postée le 27 janvier dernier sur Youtube, Adrien alias « AdcaZz », sur les réseaux sociaux a réussi à s’infiltrer sans aucune autorisation sur ce chantier accompagné d’une jeune femme. Après avoir gravi les 35 niveaux de l’édifice par les escaliers, le duo qui montre brièvement à l’image certaines installations techniques de l’Arche dont des plans, accède après quelques acrobaties au toit de l’Arche et n’hésite pas à s’asseoir et marcher au bord du vide afin de filmer la skyline du quartier.

« C’est une passion, je m’échappe au quotidien »

Le jeune homme d’une vingtaine d’années qui prévient au début de sa vidéo que cette pratique est « illégale » et « dangereuse » pouvant être punie par la loi, s’étonne que malgré le risque terroriste qui menace le quartier d’affaires, il n’ait « rencontré aucune sécurité » cette nuit-là. Sur sa page Facebook Adrien qui dit « prendre beaucoup de risques » en publiant son épisode 24, affirme ne pas vouloir encourager la pratique du « Rooftop » qui consiste à monter sur les toits des immeubles par goût de l’interdit et la beauté des paysages. « C’est une passion, je m’échappe au quotidien pour voir des endroits magnifiques, même si cela reste illégal » nous confie Adrien qui admet comprendre que l’on ne peut pas tout surveiller.

Cet explorateur urbain a déjà à son actif plusieurs incursions, notamment dans le métro parisien avec des visites dans les stations abandonnées comme Croix-Rouge (ligne 10) ou Saint-Martin (ligne 8 et 9) mais aussi de châteaux abandonnés et il y a un an le toit du Musée du Louvre.