Christophe Grebert dénonce le coût du futur site internet de Seine-Défense qu’il juge « mort-né »

Christophe Grebert a dénoncé sur son blog et lors du conseil communautaire Seine-Défense le coût du futur site Seine-Défense.

Le logo de Seine-Defense - Defense-92.fr

39 186 € c’est ce que va coûter le futur site internet de la communauté d’agglomération Seine-Défense qui réunit Puteaux et Courbevoie. Du « gaspillage » juge Christophe Grebert, l’élu d’opposition MoDem de Puteaux qui siège au conseil. Le marché est partagé entre les sociétés Thalamus, pour la création du site pour un prix de 11 826 € et Artifica également pour la création du site mais aussi l’hébergement et la maintenance de Seine-Défense.fr pour un montant de 27 360 €. Une somme exorbitante, estime l’élu. « En aucun cas, si j’avais été président de Seine Défense, je n’aurais accepté de dépenser 40 000 euros pour un site au contenu si simple et à l’existence si éphémère » écrit-il sur son blog Monputeaux.com. Car pour Christophe Grebert, avant même sa mise en ligne, qui devrait intervenir dans les prochaines semaines, le site de Seine-Défense est « mort-né ».

Interpelé par l’élu MoDem sur le devenir du site lors de la dernière séance, Eric Cesari, le président de l’interco lors du conseil lui a répondu « Vous ne pouvez pas anticiper le devenir du site, peut être qu’il sera le site de la prochaine communauté d’agglomération ». Concernant le coût « Il y a eu une mise en concurrence » insiste Eric Césari qui estime le coût raisonnable en cohérence avec le marché.

Début 2016, la communauté devrait s’agrandir et englober de nouvelles villes. Réorganisation rendue obligatoire par la réforme territoriale qui va obliger les communes de la petite couronne (mais aussi les villes limitrophes à la petite couronne qui le souhaitent) à créer des intercommunalités comprenant au minimum 300 000 habitants. Le nouveau découpage qui n’est pour l’heure pas défini donne d’ailleurs lieu à un vif débat. La majorité de droite de Puteaux et Courbevoie souhaite fusionner avec Argenteuil, Colombes, Asnières sur Seine et Levallois Perret tandis que l’opposition propose une alliance avec les villes de Nanterre, Rueil-Malmaison, Neuilly-sur-Seine et La Garenne Colombes.