Post-it War : Un nouveau record avec « Astérix et Obélix » par la Société Générale

La création "Astérix et Obélix" faite avec 9 000 Post-it par des salariés de la Société Générale le 1er septembre 2011- Defense-92.fr

Les salariés de la Société Générale installée dans l’immeuble Adamas ont voulu clôre cet été de Post-it war pacifique avec un record. En réponse à l’œuvre « Objectif Lune » mis en place il y a une quinzaine de jours par leurs voisins de GDF-Suez de l’immeuble T2, qui met en scène sur plusieurs étages la fusée du professeur Tournesol de la BD « On a marché sur la Lune » raccordé par une corde à Tintin (voir notre article du 12 août 2011), la Société Générale a répondu avec une nouvelle œuvre d’art également sur plusieurs étages appelée jusqu’a ce midi « Plus haut que la Lune ». La réplique s’incarne dans les deux Gaulois les plus connus: « Astérix et Obélix ». Ce Post-it art semble battre tous les records -du moins pour le quartier de La Défense- d’une part par la vitesse de mise en place, par le nombre d’étages, six, mais aussi par le nombre de Post-it utilisés.

Après une préparation de l’œuvre sur une matrice (voir fichier Excel créé par les « artistes » ici) en quelques jours, un briefing général, le retrait de quelques ancienne œuvres (la plante de Mario,… ) l’achat de quelques milliers de Post-it -pour 120€-, des Post-it offerts par 3M, le temps était venu de mettre tout en place. C’est le jeudi 1er septembre dès 12h15 que le défi a été lancé -durant la pause déjeuner : en 1h30, entre 45 et 50 salariés de la banque ont réalisé cette œuvre composée de 9 000 Post-it de 8 variantes de couleurs. Une dizaine de personnes étaient placées par étage et collaient à vitesse record les petits morceaux de papier multicolores sur les parois vitrées en respectant scrupuleusement la matrice définissant les emplacements et couleurs. Certains contours n’ont pas eu le droit à des Post-it colorés en noir, et sont restés vides, comme dessinés en creux. L’une des personnes à l’origine du projet a souhaité, tout comme ses « concourants » de GDF-Suez, rester fidèle au Post-it Art, en ne découpant aucun Post-it , et en s’abstenant de les colorier.

« Sur ce projet, ce qui me plait beaucoup c’est l’adhésion immédiate des gens qui sont montés dans le bateau » explique Laurent, qui est aujourd’hui très fier de l’œuvre réalisée par lui et ses collègues.

 

(Les cases noirs = pas de Post-it)

Pour ouvrir en fichier Excel : [wpdm_file id=6]

Alors qu’au départ certains regardaient le phénomène d’un œil moqueur. Aujourd’hui presque tout le monde semble unanime : cette Post-it war a dans un premier temps ressoudé les salariés d’un plateau, puis entre étages et enfin entre entreprises. De nombreux contacts et liens d’amitiés se sont ainsi créés (voir notre article du 12 août 2011).

Pour les artistes du Faubourg de l’Arche cette œuvre magistrale veut clôturer un été de défis et de « battles » pacifiques. Est-ce donc la fin de la Post-it war ? peut-être pas, car même si l’été est fini et la rentrée est arrivée, le phénomène s’est propagé à l’ensemble du quartier (voir article du 02 août 2011) et à beaucoup de quartiers d’affaires en France. Pour les salariés de GDF-Suez et de la Société Générale, le deuxième round pourrait revenir l’été prochain ou même à Noël. De plus même si aujourd’hui l’évènement rassemble en même temps des dizaines de collaborateurs, rien n’empêche une personne de réaliser en quelques dizaines de minutes une figure dans son bureau.

Petit Clin d’œil, des salariés de GDF-Suez ont dessiné le « pouce j’aime » de Facebook en référence à l’œuvre « Projet Gaulois »

 

[imagebrowser id=50]