Vinci Immobilier acquiert l’immeuble Le Belvédère en vue de le rénover

Le promoteur Vinci Immobilier, filiale du groupe Vinci a annoncé avoir acquis l'immeuble Le Belvédère dans le quartier Valmy afin de procéder à sa rénovation.

L'immeuble Le Belvédère - Defense-92.fr

Quelques mois après le départ de KPMG pour la tour Eqho, l’immeuble Le Belvédère, désormais vide situé au pied de la Grande Arche dans le quartier Valmy vient d’être acheté par Vinci Immobilier auprès de AEW Europe (pour le compte d’un investisseur) et de Etoile Properties (pour le compte d’un investisseur allemand).

Le bâtiment achevé en 1997 qui développe 17 000 m² de bureaux répartis sur neuf niveaux et qui compte 221 places de parking fera l’objet d’une opération de restructuration permettant « d’optimiser » son efficience et d’obtenir la labellisation et les certifications environnementales, indique Vinci Immobilier dans un communiqué. « La restructuration de l’immeuble Le Belvédère sera l’opportunité pour Vinci Immobilier de mettre en œuvre sa démarche de développement durable openwork » poursuit le groupe.

Pour mener à bien ce projet, Vinci Immobilier a confié à Artélia et au cabinet Axel Schoenert Architectes -à qui ont doit notamment dans le quartier la rénovation de la tour Prisma- la restructuration de l’édifice. L’aspect extérieur du bâtiment imaginé par l’agence Conceptua de Michel Andrault et Nicolas Ayoub qui n’a pas vraiment vieilli et conserve encore une allure moderne ne sera pas modifié. Seul l’intérieur qui a lui pris un « coup de vieux » sera modernisé. Les travaux de restructuration de l’immeuble Le Belvédère doivent être lancés à la fin 2016 pour une livraison au premier trimestre 2018.

La statue Tindaro du sculpteur Igor Mitoraj qui trônait au pied de l’immeuble face à l’entrée a été déposée il y a peu de temps. L’œuvre d’art qui est la propriété de KPMG, l’ancien locataire des lieux est partie avec lui. Contacté le cabinet d’audit a indiqué n’avoir pris pour l’heure aucune décision quant au futur emplacement de la statue.

Dans cette transaction, JLL conseillait les vendeurs dans le cadre d’un mandat co-executif avec DTZ (devenu Cushman and Wakefield).