SFR à La Défense, c’est fini

La tour Esplanade

C’est une page qui se tourne… les derniers salariés de SFR viennent de quitter La Défense fin novembre pour rejoindre le nouveau campus du groupe à Saint Denis. Tout au long du mois de novembre les quelques 3 000 salariés de l’opérateur téléphonique et fournisseur d’accès à internet ont rejoint leurs nouveaux bureaux situés face au Stade de France. La tour abritait notamment la direction, le secrétariat général (réglementaire, affaires publiques, juridique), les activités grand public et professionnels, les activités opérateurs, le DAF,  la stratégie, la communication, les affaires générales, les achats,…

Implanté depuis 1997 dans la tour Esplanade (ex Sequoia), au début sous le nom de Cegetel alors propriétaire de SFR, le groupe y est resté ainsi une quinzaine d’années.

Ces équipes seront rejointes dans les prochains mois par celles installées à Boulogne Billancourt en bord de Seine et celles de Meudon (également en bord de Seine). Une partie des équipes qui sont implantées à Meudon venaient d’ailleurs de la tour Cèdre voisine de Esplanade à La Défense. Avant le déménagement au milieu des années 2000, la tour Cèdre était occupée par Cegetel (avant d’être absorbé par SFR son ancienne filiale) pour ses activités de fournisseur d’accès à internet .

La tour Esplanade ne restera pas vide très longtemps. Le déménagement à peine terminé , Tishman Speyer, le propriétaire du bâtiment achevé en 1990 a commencé des travaux de rénovation pour son nouveau locataire. D’ici l’été prochain le Ministère de l’Environnement va poser ses cartons dans les 53 600 m2 à travers les 33 étages de la Tour Esplanade. Les 251 places du parking privé de la tour ont également été prises en location. Le Ministère va ainsi quitter les tours Pascal A et B livrées en 1983 développant une surface de 64 000 m² ainsi qu’une partie de la tour Voltaire qu’il partage avec GDF Suez. Pour l’instant aucun avenir n’est connu pour les tours pascal A et B propriété de Morgan Stanley, mais elles pourraient être profondément rénovées , voire transformées en logements ou encore en un hôtel dans le cadre du réaménagement de la Rose de Cherbourg.

Le coût total de l’opération, charges comprises, s’élève à près de 540 M€ pour le loyer sur 13 ans et demi, expliquait le ministère en janvier dernier.

L’Etat a prévu une clause dans le contrat lui permettant de se porter acquéreur auprès de Tishman Speyer de la tour, pour l’acheter en 2016, une date pour l’instant « de principe » précisait le secrétariat général en début d’année. L’Etat devrait ainsi lancer un appel d’offres auprès de crédit-bailleurs.

Dans la transaction, Tishman Speyer était conseillé, pour les opérations de financement, par l’étude Wargny-Katz et le cabinet De Pardieu, Brocas, Maffei. Le ministère de l’Ecologie était conseillé par Aktis Partners et l’étude notariale Allez & Associés.