Opération tractage contre la tour Phare 

Opération tractage contre la tour Phare 

Des habitants de Courbevoie ont protesté le jeudi 7 avril 2011 de 8h à 9h30 puis de 12h à 13h30 et enfin de 17h30 à 19h30 contre le projet de la tour Phare sur la passerelle reliant le Faubourg de l’Arche à la place Carpeaux. L’association « Village » présidée par André Fessy, à l’origine de ce rassemblement qui a réuni une vingtaine de personnes -des habitants- mais aussi quelques élus de l’opposition de Courbevoie dont Jean-André Lasserre fraichement élu au conseil général des Hauts-de-Seine pour le canton sud de la ville, ont distribué des tracts et fait signer une pétition contre le projet aux passants. L’association Village est l’un des quatre dépositaires d’un recours gracieux avec le groupe PS de Courbevoie, les deux autres dépositaires sont restés anonymes; il pourrait s’agir de propriétaires de tours avoisinantes.

L’association qui critique l’emplacement même du projet dénonce la démolition de la passerelle reliant le Faubourg de l’Arche à la place Carpeaux construite il y a à peine trois ans, après dix ans d’une passerelle provisoire. La démolition de cette passerelle devrait entrainer la création d’une nouvelle passerelle provisoire large de 6 mètres -contre 24 aujourd’hui- suspendue à 6 mètres de hauteur, accessible par une trentaine de marches. L’association dénonce également de nombreux points comme la saturation des transports en commun, le peu de places de parking -100 pour toute la tour-, les quatre ans de travaux, l’ombre portée sur les riverains, l’amputation de la station de taxi… mais aussi l’aspect juridique de l’enquête publique « il manquait la moitié des documents au dossier » peste André Fessy qui explique avoir reçu des pressions d’Unibail-Rodamco qu’il le menacerait de lui faire payer « 8 millions d’euros par jour de blocage du chantier »

« Si vous voulez conserver la passerelle que vous utilisez, signez la pétition; demain il y aura une tour à la place ! » criait un protestataire aux passants. C’est en réalité plutôt sur ce point que les salariés et habitants utilisant cette passerelle sont le plus inquiets comme Yanik, qui travaille dans l’immeuble Adamas et s’inquiète du parcours qu’il devra effectuer pendant les travaux, ou Emmanuel qui travaille dans la tour SFR et qui juge leurs explications « plutôt cohérentes »

Le message semble avoir été plutôt bien reçu par les 30 000 utilisateurs de cette passerelle qui ont signé en nombre la pétition demandant l’annulation de ce projet.

Unibail-Rodamco, investisseur du projet qui avait reçu en septembre 2010, le permis de construire pour son projet prévoit un démarrage des travaux à la fin de l’année. Les quatre recours contentieux pourraient contraindre Unibail Rodamco à repousser le lancement de la tour Phare. En effet si la justice invalide le permis de construire en donnant raison aux détracteurs du projet, Unibail-Rodamco pourrait être contraint à démolir ce qu’il aurait commencé.