Le marché immobilier de La Défense toujours morose

DSC_1927

L’année 2013 n’aura pas brillé pour le marché immobilier de La Défense; elle aura été la pire depuis vingt ans, et pour cause seulement 106 800 m2 de bureaux ont été loués contre une moyenne annuelle précédente de 180 000 m2 soit une baisse de 34%. Un grand nombre de mètres carrés ont été libérés par des entreprises l’année dernière auxquels  se sont ajoutés ceux de la livraison de nouveaux immeubles. Ainsi Carpe Diem avec ses 43 000 m2 et la fin de la restructuration de la tour Eqho de 81 600 m2 ont alourdi l’offre de vacance du quartier qui atteint un pic de 12,7% dépassant  largement  la moyenne de l’Ile-de-France qui est à 7,5%, un record depuis 1993.

 

L'évolution du taux de vacance depuis 2002 - DTZ

L’évolution du taux de vacance depuis 2002 – DTZ

 

Les grandes transactions ont connu le plus fort recul (-58%), avec moins de 53 000 m2 commercialisés en 2013. Elles ont néanmoins représenté la moitié de l’activité enregistrée à La Défense. La prise à bail par Egencia Expédia de 5 600 m2 dans la tour Egée est la dernière opération de l’année, enregistrée sur ce segment de surfaces à La Défense.

« Les surfaces intermédiaires sont aujourd’hui le véritable moteur de l’activité tertiaire à La Défense, en raison notamment d’une plus grande souplesse des propriétaires dans la division de leurs immeubles » précise DTZ dans son rapport trimestriel. Sur la Défense, 42% du volume loué représentait des surfaces comprises entre 1 000 et 5 000 m2. Les propriétaires de tours qui pendant longtemps favorisaient des utilisateurs uniques, voire deux ou trois, n’hésitent plus à ouvrir leurs portes aux PME. Les opérations impliquant ce type de surfaces ont ainsi concentré 42% du volume commercialisé à La Défense en 2013.

La part des petites surfaces reste, quant à elle, marginale avec 8 000 m2 placés en 2013 soit 8% de la demande totale.

Avec le stock croissant de biens vacants, les propriétaires n’hésitent  plus à revoir  à la baisse leurs prétentions, en termes de loyer. La valeur locative moyenne de seconde main a enregistré un recul de 12% en un an pour s’établir à 394 €/m2/an en 2013, analyse DTZ: un prix revu pour tenter de s’aligner sur les nouveaux eldorado des entreprises comme Saint-Denis.

La tendance ne devrait pas s’améliorer pour 2014, selon le propriétaire  d’un immeuble majeur à La Défense. Et pour cause, cette année 114 600 m2 supplémentaires issus des livraisons des tours Majunga et D2 avec respectivement 63 700 m2 et 50 900 m2 viendront s’ajouter à la longue liste des biens sur le marché . Il faudra sûrement attendre 2015, voire 2016 pour voir une réelle reprise.