L’EPADESA présente ses vœux

L'EPADESA présente ses vœux

D’emblée, Philippe Chaix, le directeur de l’EPADESA a débuté son discours des vœux de l’établissement devant les investisseurs, promoteurs et acteurs de La Défense Seine-Arche par démentir une fois de plus la faillite financière de l’EPADESA crainte par Patrick Devedjian en décembre dernier: « Une opinion erronée n’est pas un fait certain » martèle t-il.

Le directeur a expliqué que l’exercice d’exploitation 2011 sera positif et que l’agent comptable de l’EPADESA qui représente le Trésor Public présentera le détail de ce bilan au conseil d’administration lors du prochain conseil.

L’établissement d’aménagement de La Défense Seine-Arche a terminé son année 2011 avec une trésorerie positive de 78M€ sans avoir recours à des emprunts financiers pour la mise en œuvre du Plan de Renouveau de La Défense, des engagements pris lors de la création de Defacto et pour la recomposition urbaine de Seine-Arche.

En revanche l’EPADESA a passé une convention avec la Caisse des Dépôts pour une ligne de trésorerie de 105M€ uniquement consacrée à acquérir des réserves foncières. Les territoires concernés accueilleront notamment les infrastructures d’Eole, du Grand Paris Express et de la ligne à Grande Vitesse de la Normandie.

Le DG de l’EPADESA a salué lors de son discours les partenaires privés qui « participent au développement du territoire ». « En 2011, sur le seul territoire de l’EPADESA, 1,4Mds€ ont été investis en achats de bureaux par nos investisseurs français et étrangers » a t-il déclaré.

Toujours dans son discours, Philippe Chaix a annoncé le lancement prochain d’ateliers avec les habitants pour l’aménagement du futur projet de la galerie de la Coupole.

L’EPADESA à la demande de sa présidente Joëlle Ceccaldi-Raynaud entamera une réflexion sur « l’optimum » de La Défense Seine-Arche. Cette étude aura pour but de définir le meilleur équilibre du territoire à atteindre en terme d’activités, de bureaux, de commerces, de logements, de transports. Cette « optimum devra sous-tendre le projet global du Grand Paris et sera proposé à l’Etat et aux collectivités territoriales, comme un outil de réflexion, et pourra s’insérer dans l’accord préparatoire du futur CDT.