L’Epadesa devrait disparaitre au 1er janvier 2016

Le logo de l'Epadesa

C’en est fini pour l’Epadesa, à partir de janvier 2016, l’établissement d’aménagement de La Défense créé en 2010 suite à la fusion de l’Epad et de l’Epasa. Dans le cadre de la loi de Paris Métropole débattue à l’Assemblée Nationale le vendredi 19 juillet 2013, le député PS Alexis Bachelay avait déposé un amendement visant à la dissolution de l’Epadesa. Soutenu par six autres députés de gauche (julie Sommarugan, Sébastien Pietrasanta, Jean-Marie Le Guen, Carlos Da Silva, Jean-Marc Germain et Cristophe Caresche) et malgré un avis défavorable du rapporteur de la loi et de la ministre Marylise Lebranchu, cet amendement a été adopté par l’assemblée.

Pour le député de la première circonscription des Hauts-de-Seine (Colombes Nord, Gennevilliers et Villeneuve-La-Garenne) « la mission d’aménageur de cet établissement public telle qu’elle avait été envisagée en 1958 n’a donc plus lieu d’être ».

Les compétences de l’Epadesa devront être transférées à la nouvelle gouvernance de Paris Métropole.

L’Epadesa, dirigé par Philippe Chaix et présidé par Joelle Ceccaldi-Raynaud, la maire de Puteaux emploie actuellement un peu plus d’une centaine de personnes.

Pour valider cette disparition, la loi devra passer au Sénat qui s’était opposé à cette disparition puis être promulguée.