L’Epadesa améliore enfin l’accessibilité pour contourner la galerie de la Coupole

Un peu moins de six ans après sa fermeture, l'Epadesa vient d'améliorer l'accessibilité pour contourner la galerie de la Coupole.

L'escalier de la Coupole, rue Henri Regnault le 9 septembre 2016 - Defense-92.fr

On contourne enfin “un peu” mieux la galerie de la Coupole. Six ans après sa fermeture, l’Epadesa, l’aménageur du quartier vient d’améliorer l’accessibilité pour contourner la galerie de la coupole à la demande des associations Villages et des habitants de la résidence Leclerc.

Durant tout l’été, l’aménageur a réalisé une première étape dans la modernisation des espaces publics en installant une signalétique plus lisible et plus claire. L’escalier provisoire -qui dure tout de même depuis fin 2010- partant du bas de la rue Henri Regnault pour arriver à la place Coupole a été entièrement rhabillé et un éclairage led y a été apposé. L’escalier en colimaçon sous la verrière, fermé pendant l’été 2010, va lui être remis en service dans les prochains jours tandis que les couloirs permettant d’accéder aux parkings ont été partiellement repeints. Un nouvel habillage de la palissade et de l’élévateur proches du Mur de Berlin ainsi qu’une nouvelle signalétique d’accès aux transports en commun ont également été réalisés.

Une amélioration qui se poursuivra en 2017

Plusieurs prestataires viennent par ailleurs d’être désignés par l’établissement pour assurer au quotidien la maintenance du site, son nettoyage, son gardiennage et la détection incendie.

Afin de faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite (PMR), un nouvel ascenseur près de la tour Séquoia, sera mis en service dans les prochaines semaines dans le cadre du projet de construction de la tour Trinity.

Enfin dès 2017, une deuxième phase de travaux sera engagée permettant ainsi de remplacer au pied des tours Areva et Total l’un des deux escaliers mécaniques défaillants. Et en attendant le remplacement de l’élévateur situé rue Henri Regnault les PMR devront prendre leur mal en patience, l’équipement actuel subissant une multitude de pannes.