La smart attitude : un positionnement pour La Défense Seine-Arche

La smart attitude : un positionnement pour La Défense Seine-Arche

Que sera la ville intelligente de demain ? Est-ce suffisant d’être une ville numérique pour être smart ? Comment concevoir une ville durable et intégrée où la population, l’économie, la mobilité, l’environnement, le travail, la vie et la gouvernance sont intelligents ? Ce sont là quelques-unes des questions posées à un panel de l’INTA qui a travaillé du 14 au 19 octobre 2012 sur le territoire de l’EPADESA. Après une visite du territoire, une présentation des points majeurs et notamment du quartier d’affaires de La Défense, du quartier des Groues et des Bords de Seine, après avoir dialogué avec une trentaine d’acteurs locaux, les praticiens internationaux membres du réseau INTA ont livré vendredi 19 octobre 2012, leurs impressions : « un territoire en mutation certes, mais au potentiel de développement encore fort s’il se repositionne pour renforcer son attractivité internationale, sa compétitivité et le caractère durable de son développement »

Le Panel a travaillé en partant des projets d’aménagement du quartier d’affaires conçus par l’EPADESA, puis en élargissant son analyse à l’ensemble du territoire de La Défense Seine Arche, et même au-delà des limites administratives de l’EPADESA.

« La position du site dans une boucle de la Seine offre la possibilité de projets exemplaires de mixité économique et sociale tout en valorisant le fleuve. Le Panel recommande de recentrer et ré-imaginer pour La Défense Seine Arche un cycle de croissance porté par un écosystème économique innovant avec trois composantes majeures : l’identité du territoire, la durabilité des projets d’aménagement, l’urbanité des quartiers. Les technologies numériques trouvent leur place pour l’optimisation à la fois des infrastructures et des services et accélérer la mise en œuvre de logiques de développement à forte valeur économique sur ce grand territoire » explique l’INTA.

Le Panel de l’INTA réunissait des praticiens venant de Manchester (Francis Glare, architecte, urbaniste, BDP), Londres (Lawrence Barth, professeur Architectural Association), Madrid (Juan Murillo, BBVA), Helsinki (Kari Halinen, Art & Design City of Helsinki), Hambourg (Jürgen Bruns-Berentelg, HanfenCity Hamburg GmbH), Malmö (Christer Larsson, ville de Malmö), Amsterdam (Ger Baron, Amsterdam Smart City), Montréal (Chantal Gagnon, Ville de Montréal), et de Paris (Panos Mantzarias, ministère de la Culture).

La présentation des principales conclusions se trouve en ligne sur le site internet de l’INTA : www.inta-aivn.org. Un rapport plus complet sera remis à l’Etablissement public d’ici mi-décembre.