Orange a commencé à démanteler ses cabines téléphoniques à La Défense

Dans quelques mois elles auront totalement disparu. Orange a débuté depuis quelques semaines le démantèlement de ses cabines téléphoniques implantées un peu partout dans le quartier de La Défense.

Le démontage d'une cabine téléphonique sur le parvis de La Défense - Defense-92.fr

Elles font partie du paysage de La Défense et plus généralement de la France et d’ici quelques mois elles auront totalement disparu. Depuis quelques semaines l’opérateur téléphonique Orange a débuté le démontage des cabines téléphoniques qui étaient installées un peu partout dans le quartier. Les premières cabines à disparaitre ont été celle implantées sur le parvis et l’esplanade de La Défense. Une disparition qui fait suite à un amendement à la loi Macron adopté pour améliorer la couverture en téléphonie mobile des “zones blanches » et notamment le démantèlement des cabines téléphoniques.

A La Défense ce sont environ 16 cabines (soit 34 combinés téléphoniques), qui étaient toujours présentes à la fin août. Depuis ces dernières années plusieurs cabines ont déjà été démontées dans le quartier. Lors de la rénovation des 4 Temps, Orange (alors France Télécom) avait supprimé l’ensemble des téléphones publics du centre commercial. Les cabines qui étaient implantées dans la gare de La Défense et à la station de La Défense ont également disparu.

Portes et vitres manquantes, tags, affiches, téléphones hors-service, cela fait déjà un long moment que Orange a cessé d’entretenir son parc régulièrement vandalisé. L’opérateur avait toutefois tenté de relancer le concept de la cabine téléphonique en implantant à La Défense (au pied de la tour EDF), dans le cadre de la première Biennale du Mobilier Urbain de Defacto en 2012 et 2013, un poste permettant de téléphoner et d’avoir un accès à internet grâce à un écran tactile de 17 pouces. Des terminaux similaires avaient été installés dans des lieux touristiques à Paris notamment sur l’avenue des Champs Elysées en 2010, mais, cette expérimentation n’avait pas été poursuivie.

Le téléphone portable qui a émergé au milieu des années 90 aura donc été fatal à cet instrument historique de la télécommunication. « Actuellement le taux d’utilisation est de moins d’une minute par jour par cabine » explique l’opérateur Orange qui avait jusque-là l’obligation, dans le cadre du service universel d’entretenir environ 32 000 cabines téléphoniques dans plus de 27 000 communes (Il y en avait 300 000 dans les années 90). L’ex-opérateur historique avait également 40 000 autres cabines exploitées à des fins commerciales, qu’il avait d’ailleurs commencé à démanteler progressivement. En 2015, l’usage des cabines téléphonique représentera seulement moins de 1% par rapport à ce qu’il représentait en 2000. Une fois démontées les cabines seront recyclées par Véolia Environnement.